Balade dans les Oloé d’Anne Savelli

 » Où s’asseoir quand tout nous porte à marcher en pressant le pas, serrer son sac et droit devant rentrer chez soi le plus vite possible  ? Où penser ? Où rêver ? Les oloé , ce seraient ces endroits où lire ? où écrire ?  » 

 » S’en emparer, de ces lieux conçus on ne sait plus pourquoi… »

  » aller chercher partout ce qu’on pourrait devenir hors formulaire. »

 » désirer quoi ? tendre la main « 

 » Dans l’oloé on cherchera à rester libre, assis, couché, debout, même sur le flanc. »

 » N’être d’aucune utilité ; ne rien faire de tangible, de quantifiable, de racontable et s’en réjouir, instants électriques de l’errance. « 

 » S’asseoir dans des wagons, dans des salles d’attente, sur les bancs des jardins publics, dans des cafés et restaurants. « 

 » Ne jamais avoir à se justifier « 

.

La suite de cette balade subjective est sur le site de ceux qui pensent être immatériels.

Silence

 

About these ads

2 réflexions sur “Balade dans les Oloé d’Anne Savelli

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s