Ce que je retiens #1

ce que je retiens 1

.

.

.

Ce jour : après quinze jours de beau temps, temps gris, pluie.

Repense au visage malicieux du cinéaste qui se filme dans un taxi qu’il conduit lui-même à Téhéran… malgré une interdiction de filmer pendant vingt ans… n’en tient pas compte… à ses risques et périls… dans son pays orwellien. « Le ministère de l’Orientation islamique valide les génériques des films distribuables. À mon grand regret, ce film n’a donc pas de générique. J’exprime ma gratitude à tous ceux qui m’ont soutenu. Sans leur précieuse collaboration, ce film n’aurait pas vu le jour. » La réalité dépasse toujours la fiction qui elle, quoiqu’on puisse en dire sur ses réels effets, restera malgré tout indolore.

Quelques livres, proclamés de singuliers , deviennent Le Livre. Et ce Le livre varie selon les pays, les époques. Épiques époques. Ont réussi ces Le Livre à déployer leurs imaginaires dans les têtes, dans les corps, jetant leurs filets massacreurs, provoquant de  dramatiques effets pour les têtes, pour les corps . Le quotidien a besoin du pluriel. Toujours. En permanence. Le quotidien reste à émerveiller chaque jour. Comment pourrions-nous retrouver le chemin vers les livres ? Pourquoi tant d’humains ne se focalisent-ils plus que sur le singulier ?

Pourquoi tant d’humains s’obstinent à ne plus inventer leurs quotidiens ?

Un tweet pris presque au hasard, ce 25 avril 2015 : #Raboliot #Ceux de14 il y a cent ans , Maurice Genevoix, futur prix Goncourt était blessé, non loin des Eparges. (@dOumdOum). Je pense à mon arrière-grand-père qui avait eu la mauvaise idée d’installer sa ferme sur des terrains traversés par un chemin au nom pourtant  si doux : le chemin des Dames. Un rêveur…

A plus tard, je vais lire…

Silence…(s).

Ce que je retiens #1 #25 avril 2015 : journal hédoniste et si possible jubilatoire

.

taxi-teheran_p1
Taxi Teheran de Jafar Panahi « Taxi Téhéran de Jafar Panahi est indéniablement un film contestataire. Il a été réalisé malgré une interdiction par un cinéaste empêché – auquel il est interdit de travailler en Iran et qui ne peut non plus en sortir ni s’adresser directement à la presse. Mais ce qui est le plus contestataire dans ce long-métrage, ce n’est pas son propos, ou très peu et très indirectement, c’est son existence même, c’est le geste de filmer et surtout de diffuser les images montées, au-delà des frontières. » http://veraicona.hypotheses.org/489#more-489

 

Advertisements

2 réflexions sur “Ce que je retiens #1

  1. Au musée des Beaux-Arts d’Orléans, il y a en ce moment une expo sur Maurice Genevois et la guerre de 14-18, mais je n’ai pas eu le temps de la visiter hier matin…

    « Taxi Téhéran » est un grand film-miroir sur le cinéma et sa capacité, autorisée ou non, à dire la réalité.

    1. Merci pour ton passage et ces éléments Dominique…
      Oui grand film miroir et aussi courage « insensé ? » d’un cinéaste résidant dans son pays !
      Bonne journée
      Franck

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s