# 49/50

 Le rêve était à soudain portée de vue quand tu croyais que le réel s'était enfuit, - indispensable - parti(e) du tout. FloH
Le rêve était à soudain portée de vue quand tu croyais que le réel s’était enfuit, – indispensable – parti(e) du tout. FloH

Le silence n’existe pas ici. Il y a toujours un murmure. Celui qui agite les feuilles et fleurs des pensées intérieures. Vers soi ou vers les autres. Nous disons que nous sommes seuls. Je ne sais pas pourquoi nous ne nommons pas ce qui nous effraie : l’ennui.

Silence – 50/50/50

Publicités

2 réflexions sur “# 49/50

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s