#366 JOURS (JOURNAL POÉTIQUE, An 4 – décembre 2020)

Habiter poétiquement le monde ? Chaque jour… un mot, un paragraphe. Écrire – retenir, noter – un instant quotidien, une pensée, une action, une lecture, une musique… et publier le mois suivant… Journal topographique extime.

Le mois où l’on quitta la ville…

 

1 – Sagesse. –  » Il n’y a pas de vérité. Il n’y a que des histoires.  » (Jim Harrison)

2 – Comment tracer des chemins enchevêtrés aux êtres vivants, végétaux et minéraux ?

3 – Littérature des métamorphoses à inventer ou à poursuivre…

4 – Les deux mots préférés des manipulateurs aujourd’hui : bienveillance et empathie.

5 –  » On dit que la colère est inutile, je ne suis pas d’accord. La colère est une passion, un enthousiasme. Comme l’amour. La difficulté, c’est qu’elle devienne créatrice. La fureur a parfois du mal à devenir forme. La haine n’est jamais fructueuse, mais la colère, oui. » Peter Handke.

6 – C’est difficile d’écrire une dystopie et encore plus une dystopie qui  se finit bien (ce qui est un oxymore). Depuis le début de mon projet d’écriture, il y a déjà quelques années maintenant, la mode de la dystopie est depuis à son apogée, liée au marché fructueux de l’effondrement et de la fin du monde. Les éditeurs changeront de cible quand la veine aura été tarie. Non, c’est surtout difficile d’écrire une dystopie à cause des univers d’Antoine Volodine et de ses potes et « potesses » post-exotiques. Les dédoublements de la personnalité sont l’une des choses les plus intéressantes de cet écrivain.

7 – En ce moment, tout n’est que fait d’hiver.

8 –  » Si l’on admet avec Spinoza qu’esprit et matière sont deux modes d’une même substance, le régime habituel de l’expérience corporelle qui est notre lot ne nous permet pas d’atteindre quelque chose de spirituel qu’à travers le sensible – sans tenir compte ici des perceptions inhabituelles obtenues dans des états modifiés de conscience. La formule la plus générale se résumerait alors à sentir, connaître, comprendre ou célébrer les vibrations de la matière, que ce soit dans la réception d’efforts héroïques, une telle expérience peut être toute entière contenue dans l’attention portée à autrui, de quelque espèce qu’il soit. […] j’ai choisi le nom de poésie pour désigner un tel rapport au monde qui n’aurait d’yeux que pour la découverte de la beauté des êtres et de leurs relations.  » ( L’occupation du monde : tome 2, généalogie de la morale économique / Sylvain Piron. – Éditions Zones Sensibles, 2020.)

9 – Bientôt, pratiquerai quotidiennement le shinrin-yoku.

10 – Ce qui nous est donné ne nous semble jamais suffisant.

11 – Brève. – Blois : insulté et menacé, le Père Noël donne sa démission. Certains habitants de la ville réagissaient mal à la distance qu’il était contraint d’instaurer avec les enfants pour respecter les règles sanitaires liées au Covid-19.

12 – Échappatoire provisoire pour cause de déménagement…

13 – Échappatoire provisoire pour cause de déménagement…

14 – Échappatoire provisoire pour cause de déménagement…

15 – Échappatoire provisoire pour cause de déménagement…

16 – Échappatoire provisoire pour cause de déménagement…

17 – Échappatoire provisoire pour cause de déménagement…

18 – Échappatoire provisoire pour cause de déménagement…

19 – Échappatoire provisoire pour cause de déménagement…

20 – Échappatoire provisoire pour cause de déménagement…

21 – Échappatoire provisoire pour cause de déménagement…

22 – Échappatoire provisoire pour cause de déménagement…

23 – Échappatoire provisoire pour cause de déménagement…

24 – Échappatoire provisoire pour cause de déménagement…

25 – Il y a toujours des musiques inspirant les flâneries d’une période. En ce moment :

26 – Échappatoire provisoire pour cause de déménagement…

27 – Échappatoire provisoire pour cause de déménagement…

28 – Échappatoire provisoire pour cause de déménagement…

29 – Échappatoire provisoire pour cause de déménagement…

30 -Échappatoire provisoire pour cause de déménagement…

31 – Quelle année que cette année… Elle ne se terminera, en fait, peut-être qu’en 2021 ou 2022…

Bonne année poétique tout de même.

La poésie c’est le réel disait un ou plusieurs poètes.

Échappatoire intime : Nous, on a choisi la lisière pour en finir avec la Ville.

L’an prochain, le journal poétique mensuel sera dédié à la notion de lisière.

 

Silence

CC BY-NC 4.0

Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d’Utilisation Commerciale 4.0. Toutes les photos sont miennes sauf indiquées.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s