A la lisère des mondes

Ce qui fait que je suis moi-même et pas un autre, c’est que je suis à la lisière des mondes. Je passe de l’un à l’autre. Je cherche des endroits difficiles, en dehors des sentiers battus, pour me sentir à l’écart du monde. On peut avoir un curieux comportement en montagne. La présence de quelqu’un dans mon dos me dérange. Mon but est de marcher dans des endroits déserts. Un endroit qui n’aura pas besoin qu’on le laisse en paix. Je ne vais pas en mer. J’en dis moins que je ne sais. Ce qui compte pour moi ? Que les jours aient un sens. J’ignore tout de mon voyage. Je suis ici et c’est tout. J’oublie où je me trouve. Je ne peux pas trébucher. Si je trébuche, c’est la chute. Garder ensemble les mots, je n’ai rien contre. Étudier les étoiles en regardant leur reflet dans un étang n’est pas satisfaisant. Impossible : définition d’un événement jusqu’au moment où il se produit. Les cyclones changent de sens d’un hémisphère à l’autre. J’essaie d’inventer. J’essaie d’inverser mes cyclones.

Silence / Manuscrit sans titre #5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s