Quotidienne #25 Verticales

107238352_2367597796875307_6472311554900459628_n_002

Le bougeoir à la main, l’homme à la cave voit danser les ombres sur la noire muraille. Il remonte vite. Une bouteille à la main. Il sourit. Il est content de retrouver les voix, les rires de ceux qu’il aime, réunis à la table familiale. Il est parti souvent sous la maison à la recherche du temps perdu. Du temps perdu. Même si ce n’était pas toujours la même demeure. L’épaisseur du temps est plus fine que celle d’un trait sur une feuille. La rondeur des jours le ravit et le comble. Il monte plus rarement au grenier. Quand il y va, on pourrait croire à de la nostalgie mais ce serait plutôt de la joie, une joie qu’il appelle, lui, mélancolie. Qui n’est jamais triste. Il se souvient. Il n’en revient jamais indemne. Mais cela le regarde. C’est l’une des rares libertés que personne ne peut remettre en cause. Le grenier, c’est la réalité du temps passé. Une remémoration apaisante. La cave : les peurs ancestrales, inconscientes, cachées. Il ne redescend jamais du grenier avec une bouteille. Mais parfois, avec un souvenir, une vieille lettre, une revue abîmée, une carte postale passée. Il – le ou la – pose sur son bureau. Pour plus tard, quand le calme sera revenu dans la maison, pour les heures solitaires et intérieures.

Silence.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s