Quotidienne #5 Caviars d’aubergine empruntés au flux du jour

Personne n’a été chassé du paradis, nous sommes nos propres proies. Si vous redoutez le repas du réveillon en famille, relisez Les Rougon-Macquart. Je déclare ouvert le goûter. S’ensuit une série de conciliabules familiaux sur la meilleure manière d’alléger le chagrin. Le chagrin ? Se faufiler, sortir des longitudes devenir Temps, passer en Océan sans troubler l’eau… Я скажу Вам про себя, что я — дитя века, дитя неверия и сомнения до сих пор и даже (я знаю это) до гробовой крышки. Каких страшных мучений стоила и стоит мне теперь эта жажда верить, которая тем сильнее в душе моей, чем более во мне доводов противных. (Je me dirai à moi-même que je suis un enfant du siècle, un enfant d’incrédulité et de doute jusqu’à présent, et même (je le sais) au tombeau. Quel terrible tourment a coûté et me coûte maintenant cette soif de croire, qui est d’autant plus forte dans mon âme, que les arguments du méchant sont en moi.) Toute croyance est-elle un doute ? Elle voudrait être devinée. Voyager dans sa tête c’est partir où personne ne part. Et sinon le « caviar » d’aubergine, ça passe ou pas ? Cesser de nuire, refus de parvenir et instaurer la dignité du présent. Se faufiler même s’il y a de la couleur. Leur but était de faire disparaître des idées, ceux qui les portaient et qui étaient parfois les seuls à les exprimer. Le temps passe… on l’évite… Devenir Temps. Reset. Découvrez Arthur Norman Prior, philosophe et logicien, qui a développé ce qu’on appelle aujourd’hui la logique temporelle ayant pour but de clarifier nos affirmations temporelles. Trouver une place dans l’existence. Passer en Océan sans troubler l’eau. Et sinon le « caviar » d’aubergine… ?  Ida Faubert participa à la naissance d’un grand courant littéraire nommé Génération de la Ronde, une nouvelle génération de poètes qui se réunirent en cénacle afin de lutter pour une renaissance de la littérature haïtienne. Original, troublant, précis, ce roman se hisse à mon sens parmi les meilleurs du genre de cette année. Je lis le temps des magiciens et l’homme heureux et la poétesse et tout se relie et tout s’éloigne. Et… Et pour le caviar d’aubergine ? Tu me dis ? Caviarder.

Silence

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s