#365 JOURS (JOURNAL POÉTIQUE, An 2 – Décembre 2018)

Habiter poétiquement le monde ? Chaque jour… Un paragraphe. Écrire – retenir, noter – un instant quotidien, une pensée, une action, une lecture, une musique… et publier le mois suivant… Journal topographique extime.

Tenter de faire de la poésie… pour être autre chose qu’une chose…

46268741_451893268674120_3435603094914103001_n_002
Tristesse – Strasbourg – 11 décembre 2018

 

1 – On pourrait imaginer une année de 120 mois. Pour nous rajeunir.

2 – Théâtre des médias, société du spectacle. Thoreau : « Le collecteur de faits a une parfaite organisation physique, le philosophe, une parfaite organisation intellectuelle. Le premier sait marcher, le deuxième sait rester assis ; l’un agit, l’autre pense. Mais le poète en quelque sorte fait les deux et sait utiliser, en les généralisant, le résultat des deux autres démarches… Lorsque les faits sont examinés superficiellement, ils apparaissent dans leur rapport avec telle ou telle institution. Je voudrais qu’ils fussent exprimés selon un vue plus profonde, des rapports plus lointains, de sorte que le lecteur ou l’auditeur ne les reconnaisse pas, non plus que leur signification, s’il se tient sur le seuil de la vie ordinaire. Mais qu’il lui faille, en un sens, se transformer pour les comprendre.« 

3 – 18 février 1851, dans le Journal de Thoreau :  » J’ai un cahier pour les faits, un autre pour la poésie, mais je trouve toujours difficile de garder cette vague distinction, car les faits les plus intéressants et les plus beaux sont en eux-mêmes poésie. »

4 – La poésie des gens : BFMWC. Splendide. Un acronyme bien ciblé vaut mieux que de stériles débats sur la liberté de la presse.

5 – Bien sûr, la fin du monde – le nôtre – est proche. Un nouveau monde d’une jubilatoire naïveté viendra recouvrir ces doctes tartuffes et dogmatiques de toutes obédiences qui sévissent aujourd’hui. Pour l’instant, l’idéologie a de nouveau tout envahi. Il faut traverser sans prendre de coup. Les passions – celles qui sont fécondes – ne demandent qu’à renaître. Mais nous sommes à l’époque des points d’exclamation. Celle des offuscations faciles qui ne devraient rester que dans les cabinets d’aisance.

6 – La question du beau n’a jamais cessé d’être actuelle. Avez-vous déjà écouté un rossignol sur sa branche ? La caverne est devenue immense, si grande que nous avons pensé que nous n’avions plus à regarder et à voir. La caverne a toujours été infinie face à notre ignorance. L’immensité du monde demeure. Décrire ce que nous voyons, ce que nous imaginons, ce que nous ressentons est ce chemin critique vers l’émerveillement. Je regarde une mésange, virgule colorée sur la branche dénudée de l’arbre. Je la vois pour la première fois., yeux dessillés. Je vois toujours pour la première fois. Comme un point d’atténuation que je devrais ensuite apprendre à dessiner.

7 – L’imagination est de nouveau en berne. Qui sera le nouveau Kafka ?

8 – « 07h30 : 121 personnes ont été interpellées (65 versifications d’identité et 32 gardes à vue) » #poésieinvolontairedejournalistesquineserelisentplus #giletsjaunes

9 – Mimomuse (Milos Kundera) 

10 – La saveur de la présence.

11 – Le trou noir du néant, soudain #strasbourg

12 – Nous ne sommes pas forts. Non. Un rien nous émeut. Nous sommes faibles et nous nous autruchons, le plus souvent. Pour ne pas voir ces riens, ces néants qui nous entourent, qui serrent leurs mains d’acier autour de nos cous dès que nous rions. Nos chairs et nos cœurs sont transperçables. Nous sommes faits de matières de nuages : eau et air. Nous flottons sur le sol, nous rêvons loin, au-dessus du sol. Aucune trace d’acier et de fer en nous. Nous ne faisons que parler, écrire, dessiner, chanter, danser… nous. Nous, c’est notre force, la nôtre, celle qu’on ne peut nous enlever.

13 – « que change écrire — rien » écrit J.Y. Fick

14 – « Dans la clairière, près de l’arbre qui gît abattu, la partie du tronc demeurée en terre s’est emparée de la cognée du bûcheron. Une des noueuses racines, ou plutôt un des bas contreforts ligneux, a dû lentement bouger et, comme une patte d’ours, s’est posée sur l’outil du meurtre, le maintient, et ne le rendra plus. Enfin une justice. Une égalité. Une nouvelle revendication. Un nouveau malaise pour les hommes. Combien de temps aura-t-il fallu à la souche pour s’emparer de l’arme de l’assassin, pour l’immobiliser, empêchant qu’à nouveau elle fasse le mal ? Maintenant le geste infiniment lent est accompli. À terre, maintenue souverainement par une « patte d’arbre », patte qui, au contraire de celles des animaux, une fois posée, ne se relève plus, et ne connaît pas la fatigue, la cognée meurtrière ne pourra plus être dégagée. Fascinant spectacle. Réponse d’un être qui n’a pu répondre assez vite, qui n’a jamais pu répondre à temps. Au nom des silencieux la souche de l’arbre abattu donne la réponse tardive. Depuis un temps immémorial, des millions d’arbres par la cognée ou par la préhistorique hache de pierre ont été abattus sans un mouvement de résistance, sans jamais une protestation. Voici un commencement qui peut faire réfléchir. De nouveau résistants. Que restera-t-il de la royauté sur la « création » ? L’inquiétude humaine va connaître une nouvelle dimension. » (En rêvant à partir de peintures énigmatiques / Henri Michaux. – Fata Morgana, 1972)

15 – Pourquoi toujours offrir un livre ? « Pour être autre chose qu’une chose » a répondu magistralement un anonyme à cette honteuse publicité Ikéa.

honte à Ikea décembre 2018

16 – L’hommage des anonymes aux victimes de la tuerie du 11 décembre à Strasbourg – Place Kléber :

place kléber le 16 décembre 2018

17 décembre 1987 : mort de Marguerite Yourcenar. Tout bonheur est un chef-d’oeuvre : la moindre erreur le fausse, la moindre hésitation l’altère, la moindre lourdeur le dépare, la moindre sottise l’abêtit. « Mémoires d’Hadrien »

18 – Henri-Frédéric Amiel est renommé pour avoir écrit un journal intime de près de 17 000 pages.  Journal qui n’est plus intime, depuis sa publication.

19 – « CHRISTOPHE GUILLUY.- Sans représentants politiques satisfaisants, rendues invisibles par leur éloignement géographique des métropoles, culturellement reléguées, les classes populaires se sont rendues visibles avec un gilet jaune. Une grande partie du monde politique, médiatique et universitaire semble découvrir le peuple comme on découvrirait une tribu perdue d’Amazonie. Leur sidération donne la mesure du travail à réaliser. La technique de délégitimation morale est utilisée à plein contre les « gilets jaunes », décrits comme pollueurs, factieux, xénophobes, homophobes, etc. Il est symbolique qu’à quelques exceptions près, ce mouvement social n’ait pas reçu le soutien massif du monde des arts et du show-business. C’est très révélateur d’une fracture historique entre les milieux populaires et le monde d’en haut. […] Les tentatives de délégitimisation que j’évoquais n’ont eu aucun succès. Le mouvement a continué à être soutenu très majoritairement par l’opinion qui y voit pour la première fois un mouvement représentatif de l’état réel du pays. Dans ce sens, et quelle que soit son issue, on peut déjà dire que le mouvement des « gilets jaunes », et des classes populaires, a gagné sur l’essentiel : la bataille des représentations culturelles. Ces frondeurs inversent les notions de pouvoir et de puissance, en démontrant que le peuple n’a pas disparu. C’est le mouvement réel de la société. » Décembre 2018.

20 – Ce qui est intime ne se dit pas. Malgré la psychanalyse ? Surtout. Se suggère, alors ? Oui.

21 – L’art est ce qui ne s’explique pas. Mais tu n’en est plus aussi sûr aujourd’hui.

22 – Une sonde envoyée sur Mars a photographié un immense lac de glace, large de 82 km. Un cliché impressionnant, capturé sur la face cachée de la planète rouge, par la sonde Mars Express de l’Agence spatiale européenne (ESA). Cette sonde gravite autour de Mars depuis 15 ans :

B9718026079Z.1_20181221220736_000+G08CLLSAD.1-0.png

23 – Jules Tricot, exerçant la profession d’inspecteur du contentieux à la Société nationale des chemins de fer français, est surtout connu pour ses traductions d’Aristote.

24 – « On n’est pas seul. Nous sommes plusieurs, nous sommes habités. Nous avons beaucoup de personnalités, nous sommes multiples. Et d’ailleurs cette multiplicité nous permet de nous adapter à des situations différentes. Parce que si nous étions en permanence la même personne, la réalité serait insupportable. L’unicité du genre est une idée qui peut-être appartient à la sphère métaphysique, l’âme peut-être est unique, mais dans l’âme il y a beaucoup d’atomes qui la rendent différente. Je pense que la littérature et la lecture ne sont pas seulement un moyen d’évasion, il s’agit aussi d’une forme de connaissance, d’une possibilité de comprendre la réalité, même l’écriture n’apporte pas une connaissance logique, mais une connaissance intuitive, sans laquelle la rationalité n’est pas possible. Maintenant, je me suis rappelé une phrase très étrange, mais très belle, de Wittgenstein, une phrase tardive, alors qu’il avait déjà écrit son Tractatus et qu’il enseignait en Angleterre. Il prenait de petites notes et dans l’une d’elles il écrit : « Donnez-moi une surface rugueuse, sinon je glisse. » Alors là, il a compris qu’avec sa logique mathématique féroce, il risquait de glisser s’il ne trouvait pas de rugosité. » (Antonio Tabucchi in L’entretien, volume 5, éditions du sous-sol, mars 2018)

25 – Incohérences. – « L’homme est devenu avide et vorace. Avoir, amasser des choses semble pour beaucoup de personnes le sens de la vie », a constaté le chef des 1,3 milliard de catholiques dans le monde. » Euh… comment dire ? L’église a toujours été du côté de la caste – de ces hommes et femmes avides et voraces… toutes époques confondues…

26 – « L’être intérieur a tous les mouvements. » (Henri Michaux)

27 décembre 1991 : mort d’Hervé Guibert. Regardé son film : La pudeur et l’impudeur déjà vu, lors de sa première diffusion télévisée. Il reste toujours impossible pour moi de regarder certaines scènes. Je détourne le regard me contentant des commentaires et de la voix, chaude, de ce poète-photographe.

28 – « Une nouvelle tentation totalitaire traverse l’Occident : celle d’un monde absolument transparent délivré de ses contradictions, purement malléable et soumis à toutes les formes d’ingénierie sociale, culturelle ou biotechnologique. Elle se réclame de l’émancipation totale du genre humain. C’est en son nom qu’on décrète que les peuples sont des constructions artificielles à dissoudre dans une diversité rédemptrice ou qu’on veut conjuguer la pédagogie avec l’esprit de table rase, pour immuniser l’enfant contre l’héritage au nom de sa supposée pureté virginale. C’est en son nom aussi qu’on décrète que la filiation est une fiction archaïque qu’on doit liquider pour redéfinir la famille dans une perspective exclusivement contractualiste. On pourrait multiplier les exemples. » (Mathieu Bock-Côté)

29 – Il y a quarante cinq ans, en 1974, dans Livre de Manuel, Julio Cortazar, écrivait : « l’opinion publique des pays civilisés possède aujourd’hui une chance réelle de faire cesser par des dénonciations répétées et précises les pratiques inhumaines dont sont l’objet tant de femmes et d’hommes au Brésil. » (p. 255)

30 – Ma dispersion est un nomadisme. Vitale et permanente. La condition pour rester optimiste. Ce sont les livres qui m’ont fait découvrir ce chemin, confirmé par l’observation réelles des humains autour de moi.

31 – «On veut toujours que l’imagination soit la faculté de former des images. Or elle est plutôt la faculté de déformer les images fournies par la perception, elle est surtout la faculté de nous libérer des images premières, de changer les images. S’il n’y a pas changement d’images, union inattendues d’images, il n’y a pas imagination, il n’y a pas d’action imaginante. Si une image présente ne fait pas penser à une image absente, si une image occasionnelle ne détermine pas une prodigalité d’images aberrantes, une explosion d’images, il n’y a pas imagination.» (L’air et les songes : essai sur l’imagination en mouvement / Gaston Bachelard. – Paris : Librarie José Corti, 1943.)

Silence…

CC BY-NC 4.0

Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d’Utilisation Commerciale 4.0. Toutes les photos sont miennes.

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s