Fragments d’avant la fin du monde #8

Photographie de Mathilde Roux mai 2010

.

Plus le temps passe et plus je mesure l’étendue de mon ignorance. Même les savoirs que je pensais maitriser me paraissent désormais, incertains, inachevés, inaccomplis. Le livre, le film, le tableau que je pensais avoir compris ou au moins, bien senti, nécessitent parfois une nouvelle lecture, un nouveau visionnement ou un regard frais. Parce que le temps passe. Parce que votre chemin vous fait découvrir d’autres senteurs. D’autres clés qui ne rentrent pas forcément dans les serrures de votre certitude. Que votre parcours, le plus souvent aléatoire, vous réserve tout le temps des surprises. Plus le temps passe et plus je mesure l’étendue de mon ignorance. Par contre, ma curiosité et mon envie de comprendre augmentent dans le même mouvement. Ce qui me rassure, prouve que je suis encore en vie.

Silence.

2 réflexions sur “Fragments d’avant la fin du monde #8

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s