Fragments d’avant la fin du monde #7

dimanche-10-juillet-2011

.

Ceci est un nuage. Ceci un ciel. Bleu. Non, gris. Gris ? Ah bon. Qui a dit que c’était gris ? Et que le gris, grisaille, que c’était la tristesse, ou l’ennui ou les deux. Ça ? Une fleur. Ça ? Un mammouth. Un mammouth ? En fait, on ne sait pas si les premiers hommes nommaient cela un mammouth. Comment les voyaient-ils les mammouths, les fleurs, les ciels et leurs couleurs et ces drôles de choses que nous appelons aujourd’hui nuages ? Quels sons sortaient de leurs bouches pour les nommer ? Comment ont été choisi les premiers mots ? On ne saura jamais. Sauf, peut-être, quand la vie aura repris après la fin du monde. Il faudra tout réinventer, tout renommer. Être de nouveau sensible. Y aura t-il encore le mot guerre ? Le mot terre et l’expression terre-à-terre ? On rampera de nouveau sur le sol. Le premier nouveau poète rampera comme les autres. Il regardera le ciel et quand il verra un nuage gris approcher, il se terrera sous le sol ou dans une grotte pour éviter l’eau, l’orage, le froid. Alors, ensuite, seulement, il essayera de trouver un mot.

Silence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s