Ce sont les noms propres qui font avancer… (Journal de la création, #1)

IMG_20121216_155727

.

Ce sont les noms propres qui nous font avancer. Les noms de ceux qui nous sont proches. Dont nous voulons prendre soin. Ceux qui sont toujours vivants et qui nous attachent. Pas le verbe, au commencement. Ce sont les noms propres qui nous font avancer. Mais aussi, les noms de ceux qui sont partis. Qui nous ont laissé et que nous ne parvenons pas à oublier. C’est ainsi que la mémoire humaine fonctionne. Il y a toujours un moment de dislocation du premier attachement, dans une vie. Il peut y avoir un long silence, mais le silence n’est pas l’oubli. Le silence s’entoure de bruits,  choisis ou pas. Pas le verbe, au commencement. Au commencement était le nom de celui ou de celle avec qui vous avez regardé le ciel. Ou qui vous l’a montré. Il y aussi toujours cet éclair où, dans un bruissement de silence, vous percevez la beauté du monde. Et, les rires ou le dédain dégainent. Ce dernier vous ramène au sol… dans le triste conforme.

Je n’arrivais pas à avancer dans mon histoire. Je n’avais pas nommé les personnages. Ne les avais pas reconnus. Pas le verbe, au commencement. Les noms. Qui disent oui. Sourient. Je voudrais décrire ici, sous la forme d’un journal, les mécanismes de la création.  Ce sont les noms – propres ou communs – qui nous font avancer dans la vie ou dans la fiction, dans le réel ou dans notre imaginaire, qu’ils soient pluriels ou singuliers. Ce qui est singulier, si nous y réfléchissons. Contrairement à ce que l’on nous a toujours dit : le verbe n’est pas central. Le verbe ne peut rien mouvoir si il n’y a pas une immobilité primale. Et cette immobilité primale est une partie de ce grand mystère qui restera toujours inconcevable pour nos jeunes et naïfs esprits. La conjugaison reste une dialectique. Qui nous éloigne du sujet. Le mouvement n’est pas l’action mais plutôt une fuite. Pas le verbe, au commencement. Mais le nom. Une immobilité, qui médite… sur ce que pourrait être un mouvement délibéré.

Silence.

Advertisements

2 réflexions sur “Ce sont les noms propres qui font avancer… (Journal de la création, #1)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s