Perce-pierre de tes fêlures, des failles… (de l’anthologie Saxifrage coordonnée par Sabine Hyunh)

saxifrage_-_10-9e8f6
Aquarelle de Caroline François-Rubino

.

Tu es de ce monde. Bien sûr, tu es de ce monde.

Perdu au sein de ce monde minéral souvent sans âme, tu aimes la saxifrage, plante qui raille le rigide, l’enclos, la permanence inerte, surprend la faille et se faufile par l’infime fêlure … Elle agit comme une porteuse de contradiction éliminant les calculs contemporains, dans cet ordre matérialiste, aride et de la ligne droite, qui ne s’adonne plus que rarement à la poésie. Elle recouvre de ses couleurs le morne, transmet un peu d’optimisme à nos regards devenus torves.

Regarder les saxifrages t’équilibre, est pivot de tes murmures étouffés. Plus tu défailles face à la bêtise qui toujours croît, croasse et se renouvelle ; plus elle te devient indispensable. Par choix, tu seras toujours l’idiot du village. Mais, tu t’en moques, tu seras en définitive ici une heure, une petite heure sur terre. Autant jubiler si cela est possible.

Contempler reste une respiration, est cet instant où tu entends – mais tu exagères – le bruit de la vivace pousse qui contournera les atomes du minerai atone. La saxifrage demeure source de vitalité face aux chaos et échos morbides qui nous encerclent et tentent de nous ensevelir. Elle dépasse ce minuscule espoir qui restera toujours un assujettissement, une servitude, une chaîne. Tu emplis d’air tes poumons. Tu regardes le ciel. Tu suis le mouvement lent d’un oiseau qui plane… Tu respires…

Tu commences à peine à te débarrasser des haillons de l’éducation. L’heure est à son méridien. Tu es tel un Ulysse qui revient. Il te reste peu de temps pour lancer tes flèches, tes jubilations propres. Il te reste peu de temps pour devenir une perce-pierre, trouver les fissures et faire émerger de ces fêlures les fleurs qui sont en toi depuis ta naissance : devenir discrète saxifrage…

Silence

.

.

Ce texte a été ecrit pour l’anthologie Saxifrage, anthologie de textes inédits proposée par Sabine Huynh, dédiée à la mémoire de Clara Pop-Dudouit (3.08.1994 – 8.08.2015) et à celle de tous nos bien aimés partis en 2015 et avant, offerte à Sanda Voïca et Samuel Dudouit pour les remercier de leur générosité (voir leur revue littéraire, Paysages écrits) et leur dire que nous sommes de tout cœur avec eux. Avec des contributions de 38 auteurs, grand merci à vous :

Denise le Dantec, Isabelle Lévesque, John Taylor, Vincent Motard-Avargues, Philippe Aigrain, Franck Queyraud, Marilyne Bertoncini, Olivier Bastide, Marie-Josée Desvignes, Paul Sanda, Angèle Paoli, Pascal Boulanger, Christophe Lamiot Enos, Laurent Maindon, Roselyne Sibille, Christine Jeanney, Michel Gerbal, Lydia Padellec, Estelle Fenzy, François Rannou, Jean-Yves Fick, Mélanie Leblanc, Julien Boutonnier, Sabine Péglion, David Schnée, Jacqueline Behar, Anne-Lise Blanchard, Anne Mounic, Dominique Sorrente, Marie Ginet, Clara Regy, Juliette Mézenc, Cécile Viguier, Valérie Brantôme, Christophe Bregaint, Cécile Guivarch, Valérie Canat de Chizy, Martine Cros.

Notre reconnaissance va également à l’artiste Caroline François-Rubino pour ses aquarelles remarquables.

Vous pouvez lire l’anthologie Saxifrage et  tous les textes sur le site de poésie Terre à ciel.

Merci Sabine… FQ

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s