Ce que je retiens #3 : appelons un chat, un chat…

Femen 1er mai 2015
Merci les Femen…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce jour, c’est fête à la grenouille comme le cher Jacques Prévert nous l’aurait si bien chantonné. L’humidité est à 94 %. Je confirme…

Appelons un chat, un chat ? Merci les Femen… pour ce premier mai jubilatoire…

Mais moins jubilatoire : il conviendrait également de supprimer l’article 16 de la constitution (promesse d’un certain François Mitterand en 1980). Cet article permettrait à un parti extrémiste de faire en mai ce qu’il lui plairait.

Pour mémoire :

L’article 16 de la Constitution de 1958 dispose :

« Lorsque les institutions de la République, l’indépendance de la Nation, l’intégrité de son territoire ou l’exécution de ses engagements internationaux sont menacés d’une manière grave et immédiate et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu, le Président de la République prend les mesures exigées par ces circonstances, après consultation officielle du Premier ministre, des Présidents des Assemblées ainsi que du Conseil constitutionnel.

Il en informe la Nation par un message.

Ces mesures doivent être inspirées par la volonté d’assurer aux pouvoirs publics constitutionnels, dans les moindres délais, les moyens d’accomplir leur mission. Le Conseil constitutionnel est consulté à leur sujet.

Le Parlement se réunit de plein droit.

L’Assemblée nationale ne peut être dissoute pendant l’exercice des pouvoirs exceptionnels.

Après trente jours d’exercice des pouvoirs exceptionnels, le Conseil constitutionnel peut être saisi par le Président de l’Assemblée nationale, le Président du Sénat, soixante députés ou soixante sénateurs, aux fins d’examiner si les conditions énoncées au premier alinéa demeurent réunies. Il se prononce dans les délais les plus brefs par un avis public. Il procède de plein droit à cet examen et se prononce dans les mêmes conditions au terme de soixante jours d’exercice des pouvoirs exceptionnels et à tout moment au-delà de cette durée. »

— Article 16 de la Constitution, version en vigueur depuis le 23 juillet 2008

Note : Cet article fut originellement (et le reste) publié avec une faute d’orthographe. Le terme « menacés » devrait en effet s’écrire « menacées ».

.

C’est aussi jour des vases communicants.

A plus tard, je vais lire…

Silence

Ce que je retiens #3 #1 mai 2015 : journal hédoniste et si possible jubilatoire
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s