Se peindre avant de vouloir peindre les autres

photographie de Floh Place de la République
Gingkos de la Place de la République – Strasbourg – photographie de FloH

Nous avons besoin de couleurs, de joies et de rires. En permanence. Et ne pas s’arrêter de parler de la beauté, et éventuellement, en créer. Et c’est cela le meilleur hommage que nous devons à nos dessinateurs assassinés par ces morts vivants, si jeunes et déjà morts. Eux, qui ne sourient pas, voient le monde en noir et blanc et grognent comme des cochons qu’on égorge. Mais nous, nous n’égorgeons pas. Nous préférons les rires, boire, chanter et danser. Regarder les nuages. Jouir. Voir les robes des filles s’envoler et leurs jolis visages, sourire. Les nuages, on a un peu de mal à les regarder depuis quelques jours. Mais cela reviendra. Il faut sans cesse se peindre, intérieurement, avant de vouloir peindre les autres… Tiens, je me remets une chanson de Trenet… Boum…

Silence

Advertisements

Une réflexion sur “Se peindre avant de vouloir peindre les autres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s