#32/50

Quand l'été se retire, il y a dans ton cou ce vent léger. Mis à nu, les yeux au ciel tu es l'arbre qui s'étire. FloH
Quand l’été se retire, il y a dans ton cou ce vent léger. Mis à nu, les yeux au ciel tu es l’arbre qui s’étire. FloH

On ne voit pas plus la naissance des nuages que leur dislocation. On refuse souvent de les voir. N’aimons pas la pluie, source de la vie et qui possède un sens certain : du haut vers le bas. Rien de mystique ici, juste une histoire de gravité. On peut très vite interpréter.

Silence – 50/50/50

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s