#2/50

2 50 Par devers soi, douces acrimonies. Danser. Floh
Par devers soi, douces acrimonies. Danser. FloH

C’est simple. Il suffit d’un crayon. On trace un trait, un autre, un cercle, des ronds. On gribouille. On remplit les ronds, les cercles. On cligne d’un trait, on cligne de l’autre. On dessine. On croque. On la cronque. Notre vie. Qui nous appartient. Ou pas.

Silence – 50/50/50

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s