J’aimerai que les gens arrêtent de penser par Camille Philibert-Rossignol (Vase communicant, septembre 2014)

 IMG_1466 - Version 2

 

Nasia fait le tour du bassin du Luxembourg. Elle s’assoie sur un banc, sous la statue d’Aliénor d’Aquitaine quand arrive Touria, une autre aide à domicile avec laquelle elle a sympathisée. Elles se font la bise et se dirigent vers la buvette du jardin. Touria veut lui montrer quelque chose. Elle sort Closer de son sac, cherche avec attention une page précise, la met sous le nez de Nasia. Dans le quart en haut à droite, un portrait de Stallone, dessous en typo violette, une citation : J’aimerai que les gens arrêtent de penser que je suis Rocky ou Rambo.

– Tu vois, ajoutes Touria, c’est comme toi.
– Rien à voir.

– Réfléchis, l’autre jour tu m’as dit qu’on te prenait  soit pour une parfaite femme de ménage, soit pour une infirmière. Et que t’en avais ta claque ? Ben lui, c’est pareil.

.

IMGA0159

.

Nasia plisse les yeux pour détailler le visage buriné de la star. Une pression s’installe sous son crâne, ces gens là aussi sont pris pour ce qu’ils ne sont pas, tant qu’à faire elle, on devrait la prendre pour Rambo. Ça éliminerait pas mal de mulots qui grignotent sa tranquillité, le mulot du renouvellement de sa carte de séjour, celui des voisins du quatrième qui la toisent, le mulot des réflexions acides de la femme de Jérémie, son employeur. Elle vient de l’aider à manger, comme chaque jours sauf le dimanche. Une maladie neurologique grignote progressivement sa moelle épinière, débranchant lentement ses membres de son cerveau.  Cette année, il peut encore bouger un peu les bras.  Mais ses vrais bras sont ceux de Nasia. Elle relève les manches de son tee-shirt et montre à Touria :

– Tu vois, avec mon boulot, pas besoin de salle de gym. Elle inspire, fait saillir ses minces biceps, elles éclatent de rire.

– Je peux t’emprunter le journal ?

Sous le titre, il y a un article intéressant où elle apprend que Stallone, en plus d’être acteur et producteur, est peintre. Ses tableaux sont souvent dans des couleurs chaudes, il aime le rouge. Ses toiles ont beaucoup de succès, spécialement auprès des russes. D’ailleurs Poutine lui en a acheté quelques-unes lors d’une vente à Saint-Petersbourg. Stallone y expose actuellement. Elle lit quelques pages plus loin : Poutine est sensible à la beauté, à commencer celle de Saint-Petersbourg, splendeur artistique, symbolique et univers fondateur de sa vision de la Russie.

Les paupières de Nasia s’abaissent, dans un palais de marbre, au fond d’une salle immense apparaît un grand tryptique abstrait et rougeoyant. Le plus loin qu’elle ait voyagé, depuis Essaouira, c’est Paris.

.

imm007_27

.

Dans un café près du parc Montsouris, elle retrouve Etienne, son fiancé.  Les vacances arrivant, ils doivent choisir leur prochaine destination.

– J’aimerai bien la Russie, dit elle. Il paraît qu’il y a beaucoup de belles choses à Saint Petersbourg.

– On avait parlé d’Italie, t’as jamais visité. C’est quand même indispensable. Toi qui as toujours envie de soleil, la méditerranée ça devrait te plaire ?

– Ca ne me dit rien. Je veux partir loin.

– Quelle drôle d’idée.

– J’ai vu un reportage sur Saint Petersbourg, c’est beau.

– Ou le Portugal, j’ai des potes qui m’ont parlé de Lisbonne, ça a l’air cool.

Il a un peu haussé le ton. Elle s’énerve :

– J’aimerai que t’arrêtes de penser que je suis ignorante ou plouc. J’aimerai que les gens arrêtent de penser que je suis arabe ou aide à domicile. J’aimerai aller  à Saint Peterbourg voir les tableaux de Stallone.

– Rocky fait de la peinture maintenant ?

Il sourit, lui prend la main.  Une petite ombre file sur le rebord du mur qui longe la table, Nasia crie :

– T’as vu. Un mulot ! C’est dégueulasse ici.

– De quoi tu parles ?

.

Camille Philibert-Rossignol

.

Pour notre troisième vase communicant ensemble avec Camille, nous avons choisi comme thème : Le réel n’existe pas. Bienvenue de nouveau Camille et merci pour ce texte qui me touche particulièrement pour plein de raisons diverses. Mon texte sur le blog de Camille : le réel n’existe plus…

.

Vases communicants ? qui se déroulent tous les premiers vendredis du mois depuis le 3 juillet 2009 à l’initiative de deux auteurs et blogueurs : François Bon et Jérôme Denis. Une page Facebook et un blog associé : le rendez-vous des vases sous la coordination de Brigitte Celerier permettent de créer les liens entre blogueurs (auteurs), de définir éventuellement un thème, d’associer images ou sons avec le texte. Le principe n’a pas évolué depuis la création : chacun écrit sur le blog de l’autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre, telle est la consigne.

Et les lectures de ce mois sont à poursuivre ici.

Bonnes lectures

Silence

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s