Premier banc à droite

2014-04-28 16.50.04

Dès mon enfance, et pendant de nombreuses années, j’ai toujours eu, dans un coin de l’esprit, l’idée qu’il existait.

Je m’asseyais ici, précisément.

Il viendrait me trouver.

Il me prendrait d’abord les yeux, puis la main, et plus tard le cœur.

Longtemps, j’ai attendu.

On est venu me voir, hommes, femmes, on m’interrogeait. Ce que je faisais là, pourquoi – « pour qui », je corrigeais. Sur un sourire triste, ils s’éloignaient tandis que j’attendais de plus belle.

Les années ont passé. Lentes, vertes.

On me regarde toujours, mais d’un œil changé où plane un arrière-fond moqueur.

Il arrive que je tende un bras. J’attrape une manche au hasard, la personne se retourne, c’est l’affaire d’un instant. Ces moments terribles où le visage qui me fait face attend de moi – je ne sais quoi, un mot, peut-être. Nous nous taisons. L’autre finit par se détourner pour partir. Il ne revient jamais.

Quand ai-je cessé d’attendre ? Il n’y a pas de fin nette. C’est arrivé diffus. Une fatigue du ressentir. Comme si de respirer eût lassé mes poumons.

Chaque regard
dont j’avais faim me
dégoûtait

J’ai pris
l’habitude
systématique
de battre en moi l’image
qui me faisait battre le cœur

Une fleur ? je la battais
La brise d’été ? je la battais
Une caresse ? je la battais
Ses yeux ? plus que jamais

Et je me suis levée, un jour
Dans ce tunnel vert
Où désormais nous marchons par millions
Quand d’autres encore assis
Tendent les mains
Et leurs yeux brillent

Justine Neubach

La phrase en gras est la première phrase du livre d’Orhan Pamuk : Istanbul, souvenirs d’une ville (Gallimard).

.

J’ai le bonheur d’accueillir une nouvelle fois Justine Neubach pour un nouvel échange avec deux contraintes : chacun a choisit des photos chez l’autre, et nos textes devaient reprendre la phrase d’Orhan Pamuk. Je n’ai de mon côté respecté que la première contrainte. Vous lirez mon texte : Roman sur son blog Silencieuse.net. Bienvenue Justine et merci pour ce nouvel échange très fructueux…

Vases communicants ? qui se déroulent tous les premiers vendredis du mois depuis le 3 juillet 2009 à l’initiative de deux auteurs et blogueurs : François Bon et Jérôme Denis. Une page Facebook et un blog associé : le rendez-vous des vases sous la coordination de Brigitte Celerier permettent de créer les liens entre blogueurs (auteurs), de définir éventuellement un thème, d’associer images ou sons avec le texte. Le principe n’a pas évolué depuis la création : chacun écrit sur le blog de l’autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre, telle est la consigne.

Et les lectures de ce mois sont à poursuivre ici.

Bonnes lectures

Silence

Publicités

Une réflexion sur “Premier banc à droite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s