De la maladie des coûts appliquées à nos vies par Cécile Portier (Vase communicant, Avril 2014)

tresse 2

Loi de Baumol, dite aussi maladie des coûts : certains secteurs résistent aux gains de productivité. On a beau faire, rien n’y change, rien n’y change vraiment, malgré les tentatives.
Exemple : on ne joue pas un quintette à cordes avec un seul violon. Les coiffeurs aussi, les coiffeurs font ce qu’ils peuvent, mais le rapport du nombre de coiffures achevées par journée de travail évolue trop lentement malgré le déclin des bigoudis. Les coiffeurs travaillent mèche à mèche, ponctuant leur besogne de considérations si oiseuses, si oiselles, qu’on croiraient qu’elles pourrait s’envoler, mais non, très vite, en chaloupe, elles retombent au sol, à rejoindre les virgules noires ou blondes des cheveux coupés, et ça prend le temps que ça doit prendre pour qu’enfin la production capillaire d’en bas soit jugée suffisante, et qu’elle soit confisquée au client d’un coup de balai.
A cela s’ajoutent les longues papillottes pour cheveux méchés, les permanentes à l’obsolescence programmée, le coiffé-décoiffé nécessitant recours à l’hypnotique soufflerie du séchoir, les services psychologiques annexes : tout un talent au service d’une prestation complexe, difficilement réductible aux indicateurs réducteurs. Le coiffeur est cet agent tressant le geste et la relation si étroitement qu’il est impossible de démêler (sic) l’un de l’autre.
Alors nous aussi, devenons coiffeurs de nos propres vies, coupons-nous les uns les autres les cheveux en quatre. Et ceux qui veulent nous chercher des poux dans la tête, ceux qui veulent réduire le nombre de violons, n’auront plus qu’à pisser dans celui qui leur reste.

Cécile Portier alias Petite Racine

.

Improductif, c’est le mot que nous avons choisi pour cette nouvelle édition mensuelle des vases communicants. Improductif, ce mot ne s’applique pas au blog Petite Racine, qui est aussi nom de plume ou pseudo twitter de Cécile Portier qui multiplie les projets sur son atelier des écritures où il est bien indiqué qu’ ici c’est fait pour écrire. Là, c’est fait pour être publié : chez Publie.net. Bienvenue Cécile et ravi de t’accueillir sur mes flâneries qui est un endroit où l’on coupe aussi les cheveux en quatre… mais pour la bonne cause… Bien à toi… Et merci d’accueillir mon texte, simplement intitulé : Improductif.

.

Vases communicants ? qui se déroulent tous les premiers vendredis du mois depuis le 3 juillet 2009 à l’initiative de deux auteurs et blogueurs : François Bon et Jérôme Denis. Une page Facebook et un blog associé : le rendez-vous des vases sous la coordination de Brigitte Celerier permettent de créer les liens entre blogueurs (auteurs), de définir éventuellement un thème, d’associer images ou sons avec le texte. Le principe n’a pas évolué depuis la création : chacun écrit sur le blog de l’autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre, telle est la consigne.

Et les lectures de ce mois sont à poursuivre ici.

Bonnes lectures

Silence

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s