« …hurlant couper cabèche. » : une carte postale de Michel Brosseau (Vase communicant, mars 2014)

tranchées écriture

Cher Franck,

en découvrant cette carte postale, je me suis demandé ce que le gars pouvait écrire entre pelles et pioches. J’ai eu beau scanner, zoomer, rien, sinon la dissolution de l’image en une multitude de petits carrés. Et le sentiment de ne pouvoir approcher. Alors décrire. La photo a été prise par temps ensoleillé puisque des ombres, peut-être même celle du photographe. Imaginer une mise en scène, qu’on lui ait demandé de s’installer là, en équilibre, de faire semblant d’écrire auprès des outils, dans un angle pour le cadrage, pieux d’étayage et boue séchée, un peu plus bas que terre.

Cette guerre-là, c’était celle du grand-père. Aucun récit, sinon ces tirailleurs sénégalais armés d’une pelle hurlant couper cabèche. Du silence, jusque dans les mots.

Bergounioux, dans ses Carnets de notes, évoque à propos de son père la façon dont la guerre l’avait marqué, et comment leur relation en avait été affectée. Les guerres sont des gouffres de silence. Parfois trois générations suffisent à peine à le briser.

Bien à toi,

M.

.

« Une carte postale comme celles que tu échanges avec Sabine Huynh entre Tel Aviv et Strasbourg, ça te dirait ? » Ok, Michel… et Michel accueille mon texte « Ce mot de drôle… cartes postales de l’enfer… » sur son  Chat perché… Bienvenue à toi sur mes flâneries…

.

Vases communicants ? qui se déroulent tous les premiers vendredis du mois depuis le 3 juillet 2009 à l’initiative de deux auteurs et blogueurs : François Bon et Jérôme Denis. Une page Facebook et un blog associé : le rendez-vous des vases sous la coordination de Brigitte Celerier permettent de créer les liens entre blogueurs (auteurs), de définir éventuellement un thème, d’associer images ou sons avec le texte. Le principe n’a pas évolué depuis la création : chacun écrit sur le blog de l’autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre, telle est la consigne.

Et les lectures de ce mois sont à poursuivre ici.

Bonnes lectures

Silence

Publicités

Une réflexion sur “« …hurlant couper cabèche. » : une carte postale de Michel Brosseau (Vase communicant, mars 2014)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s