Une épidémie de Fabien Clouette (Publie.net, 2013) – Eloge de la lecture numérique (ELN), 1

Des extraits du texte lu valent mieux que de longs discours? Pour une nouvelle rubrique qui donnera à découvrir des livres numériques ou des textes issus du web littéraire, fictions ou non fiction, essais ou parfois expérimentations autour de la lecture… et celles plus particulièrement autour de la lecture numérique, qui est toujours de la lecture… Je commence donc par ce texte de Fabien Clouette, découvert sur nerval.fr : magazine de fictions et de littérature en ligne et devenu, depuis quelques jours, un livre numérique…

.

9782814507586.main

.

.

« Voilà cinq semaines que je suis enfermé. La quarantaine généralisée prend fin à midi. J’ai reçu une lettre de R. Les épidémies qui ont touché la ville dernièrement l’ont remplie de terreur. Sa grand-tante est presque morte dans ses bras un matin, avant de ressusciter au souper. Les murs de la citadelle sont glacés, et laissent apparaître des veines rouges de briques lorsque le sable éventé les fouette. Pas un jour de pluie depuis deux ans. Les champs arides qui se tournent, implorants, vers l’océan, ne connaissent pas l’humidité. La mer n’est qu’un bleu inconnu qui chante des complaintes rocailleuses par vagues de six heures, le temps d’une marée. R. est allée se promener sur les falaises de grès le jour où elle m’a envoyé sa lettre. J’espère, maintenant que l’épidémie est terminée, que je pourrai de nouveau la rencontrer sur ces chemins, entre les buissons secs et agités des soirées chaudes d’un été installé sur l’année. »

.

« Une affiche qui traîne depuis des lustres dans les locaux de la vieille université propose un travail d’écriture intéressant. Il s’agit d’écrire les mémoires perdus d’un ambassadeur des mers du sud. Ceux-ci sont perdus depuis un naufrage autour des îles aux rochers percés, mais on sait, puisque l’homme est revenu dans la cité du vent, qu’une partie a été conservée. L’annonce dit que les rémunérations sont importantes. L’ambassadeur n’a jamais atteint son point de chute, il a été rappelé dans la cité par les autorités sans avoir à poser le pied sur les terres de sa destination. Frustré, il a entrepris un voyage de retour qui a duré vingt-trois années. »

.

« Au temps où la bibliothèque était fréquentée par toute l’université, j’imagine qu’il devait être impressionnant de voir les individus présents dans le hall marcher au-dessus de nos têtes. Aujourd’hui en tout cas, il est amusant de voir se dessiner les pattes des chats sur les plaques de verre superposées, puis de les voir devenir floues, puis de nouveau nettes une fois déposées au sol. Je reste le nez en l’air pendant un bon quart d’heure à regarder les chats marcher au plafond, puis décide de chercher les quelques livres qu’il me manque. Je les trouve sans problèmes, rangés, j’imagine, comme ils l’étaient à la création du bâtiment, à l’emplacement « Grands voyageurs, Récits burlesques ». Je dois forcer pour les retirer de l’étagère sur laquelle ils sont collés par la poussière humide et le cuir de la couverture décomposée. Le rayon est rempli de textes poétiques médiévaux et de recueils de croquis annotés. Avant de repartir, lorsque je jette un dernier coup d’œil aux chats du plafond, je découvre qu’il y a du mouvement à l’étage. Les petites pattes courent partout sur les dalles de verre. Au milieu de la verrière, j’aperçois deux chaussures. Des traces de pas humains se dessinent en boitant au-dessus de ma tête. »

Le ton est donné…  Vous ne serez pas déçu(e)s…

.

Une épidémie / Fabien Clouette. – Publie.net, 16 septembre 2013.

Silence

Pour en savoir plus sur Fabien Clouette :

Malouin d’origine et diplômé de l’EHESS, Fabien Clouette est né en 1989 et vit à New York, où il donne des cours de français à l’université Columbia. Il a notamment publié dans la revue A Verse. Il participe, aux États-Unis, à différents travaux de fictions cinématographiques et littéraires, dont un projet, encore à l’état d’ébauche, prenant pour cadre le Fulton fish market, un immense marché au poisson dans le Bronx : voir ici extrait Film the Bronx (magnifiques visages et ambiances). Sur le net, suivre @L2Film, compte Twitter de la section cinéma de son asso de production artistique Los Patacones Perdidos Y Su Máquina De Escribir basée à Lorient.

Advertisements

3 réflexions sur “Une épidémie de Fabien Clouette (Publie.net, 2013) – Eloge de la lecture numérique (ELN), 1

  1. ai préparé un billet sur mon second blog pour après demain avec même passage (en un peu plus étendu) sur la bibliothèque ! tant pis je garde.
    plaisir de le voir passer de nerval à Publie.net, plus en évidence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s