On nous vole la mer (une seconde carte postale de Tel Aviv de Sabine Huynh) – 28 mai 2013

carte postale two de Sabine Huynh

Cela fait un mois que j’assiste à ce spectacle pénible. Heure après heure, brique sur brique, on nous vole la mer, on nous avale le vent, on nous masque le regard. J’ai beau me dire qu’il nous reste le ciel, que personne ne pourra nous le prendre, mais je sais bien que même le ciel a pu être dérobé à d’autres. Le ciment pleure d’être là où il ne devrait pas.

Je me console en me disant que ces hommes qui ne sont pas payés pour regarder la mer s’en emparent quand même furtivement et la racontent le soir à leurs enfants.

Sabine.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s