Gabriel Viteaux (pépère.. pour autant que je me souvienne..) par Jeanne (Vase communicant, mai 2013)

Ce chemin de halage par Jeanne

(restera dans le désordre (i.e. sans ordre d’importance – tout l’est. – ainsi des souvenirs de toi pépère.. )

bourru. moustachu. joli garçon sur ce portrait de toi à tes 20 ans – celui que ton épouse, ton aimante aime à voir près d’elle.
tu roulais toi-même tes cigarettes avec cette blague à tabac métallique – charme d’antan.

barragiste puis éclusier sur la Saône – les écluses et eaux fluviales me ramènent toujours ton souvenir. comme maman se souvenant de ses trajets du barrage à l’école en pleine hiver avec la Saône gelée – me souvient pépère de ses chemins de halage – propices aux promenades d’après déjeuner – courir, flâner, cueillir fleurs en bordure, trouver les escargots.
me revient alors une promenade à travers champs, un soir de 14 juillet, pour regarder les feux d’artifice du village voisin – et les vers luisants sur notre passage – et les feux follets que cela nous évoquait.
de là la Saône, et les baignades – même en plein été, eaux froides et vigorantes.
les vacances estivales pépère… celles des siestes après-déjeuner à s’endormir avec les rais de lumière à travers ses volets verts entrecoupés d’un cœur.
les péniches sur la Saône et les portes de l’écluse qui s’ouvrent et se ferment. le bassin qui se remplit. toi dans ta cabine à manipuler cette magie pour des barques immenses et des gens de passage – de souvenirs toujours joyeux.
oui… sans cette fois où cousin et moi avions fait peur en simulant être tombée dans l’écluse.

ce que c’est que mémoire.. nos souvenirs mêlés. où tout revient sans autre forme de procès.

enfance tenue dans le creux de nos têtes. enfance sans pluie. été à manger des grenouilles que tu allais chercher à l’étang. pâques et sa chasse aux œufs dans le jardin. les écossages de petits pois, les haricots du jardin en contrebas de l’église, non loin de l’écluse avec ma néné. la boucherie du village qui hébergea un temps notre chat qui n’avait pas voulu rentrer dans le jura.

toi, pépère, t’attelant à réparer le toit de la maison – piqué par un essaim qui avait trouvé abri sur la soupente. et cette peur qu’il y avait eu. toi, les lapins et leurs clapiers, les poules, les couleuvres qu’il fallait effrayer à notre passage.
toi, chasseur, et le brame du cerf.
toi, pépère, cette guerre dont tu ne nous a pas dit mot.
toi, pépère, ces noëls nos yeux émerveillés derrière la porte vitrée de la cuisine. ces longues soirées près du feu, nous cousins et eux – les grands, à jouer interminablement aux tarots.

ce que c’est que mémoire morcelée.. aimerais tout me souvenir de ces premières années à vivre.. de la chair de ce qui nous fait, de qui nous sommes..

toi, pépère… tu nous manques. mais là, en nous, tu es.

Jeanne.

.

.

Pour la deuxième fois, j’accueille Jeanne pour un vase co sur la figure de nos grand-pères. Une écluse n’ayant pas fonctionné, ce vase arrive avec un peu de retard. Mais tout vient à qui sait attendre… Bienvenue Jeanne.. et mon salut respectueux à Pépère… De son côté, elle accueille mon texte : Pourquoi est-ce que je ne reste pas en moi ? Titre extrait de la nouvelle traduction du Journal de Kafka par Laurent Margantin, publiée depuis peu sur son site Œuvres ouvertes.

Les vases communicants ?

  • Tiers Livre (http://www.tierslivre.net/) et Scriptopolis (http://www.scriptopolis.fr/) sont à l’initiative d’un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre.
    Beau programme qui a démarré le 3 juillet entre les deux sites, ainsi qu’entre Liminaire de Pierre Ménard (http://www.liminaire.fr/) et Fenêtres / open space d’Anne Savelli (http://fenetresopenspace.blogspot.com/…).

    Si vous êtes tentés par l’aventure, faîtes le savoir ici..

Et les lectures de ce mois sont à poursuivre ici.

Bonnes lectures

Silence

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s