«Le grec, assez peu senti pour qu’on ose y toucher sans scrupule, offre aux fabricants de mots nouveaux une facilité vraiment excessive.» par Remy de Gourmont (PG, 125). – chapitre 3 d’Esthétique de la langue française

.

.

ESTHÉTIQUE DE LA LANGUE FRANÇAISE – REMY DE GOURMONT

.

CHAPITRE III

Le gréco-français. — Les mots à combinaisons étymologiques. — Les mots composés français. — Le grec industriel et commercial. — Le grec médical. — Le grec et la dérivation française. — Le grec et le français dans la botanique, l’histoire naturelle, la sociologie. — Les dieux grecs.

.

Statue par FQ

.

   Le grec, assez peu senti pour qu’on ose y toucher sans scrupule, offre aux fabricants de mots nouveaux une facilité vraiment excessive.

   Au lieu d’interroger la langue française, d’étudier le jeu de ses suffixes, le mécanisme de ses mots composés, on a recours à un lexique dont la tolérance est infinie et qui se prête aux combinaisons agglutinatives les plus illogiques et les plus inutiles. Avec deux signes (un peu retors, il est vrai), avec, par exemple, le mot chum (cloche) et un déterminatif, les Chinois disent : «Son que produit une cloche dans le temps de la gelée blanche» ; avec trois signes ils disent ; « Son d’une cloche qui se fait entendre à travers une forêt de bambous (1).» Voilà sans doute l’idéal de tous ceux qui ignorent que, grâce à ce délicieux système, il faut une quarantaine d’années pour s’assimiler les « finesses» de ce langage immense mais immobile. Tout est prévu également par le gréco-français ; à la cloche chinoise il peut opposer, dans un genre plus sévère, icthyotypolite ou épiplosarcomphale.

   Il est très mauvais, même dans la plupart des sciences, d’avoir des mots qui disent trop de choses à la fois ; ces mots finissent par ne plus correspondre à rien de réel, les mêmes combinaisons ne se représentant que fort rarement à l’état identique ; s’il s’agit de phénomènes stables il faut les qualifier soit par un mot net et simple, soit par un ensemble de mots ayant un sens évident dans la langue que l’on parle. L’abondance des termes distincts est une pauvreté, par la difficulté que tant de sonorités étrangères trouvent à se loger dans une mémoire et aussi parce que chacun de ces mots, réduit à une signification unique, est en lui-même bien pauvre et bien fragile. On arrive à ne coordonner qu’un assemblage énorme et disparate de vases de terre presque entièrement vides. Les langues viriles maniées par de solides intelligences tendent au contraire à restreindre le nombre des mots en attribuant à chaque mot conservé, outre sa signification propre, une signification de position. Ainsi le langage devient plus clair, plus maniable, plus sûr ; il donne, avec le moindre effort, le rendement le plus haut. Il ne s’agit pas de bannir les termes techniques, il s’agit de ne pas traduire en grec les mots légitimes de la langue française et de ne pas appeler céphalalgie le mal de tête (2).

   Le français, tout aussi bien que le grec et certaines langues modernes, se prête volontiers aux mots composés ; on en relève plus de douze cents dans les dictionnaires usuels qui ne les contiennent pas tous, et il s’en forme tous les jours de nouveaux. Plusieurs méthodes ont été employées pour joindre deux idées au moyen de deux mots qui prennent un rapport constant ; celle qui semble aujourd’hui le plus en usage consiste à unir deux substantifs en donnant au second la valeur d’un adjectif ; elle est infiniment vieille et sans doute contemporaine des langues les plus lointaines que nous connaissions. On peut se figurer un langage sans adjectifs ; alors pour dire un homme rapide (qui-court-vite) on dit un homme cheval (un coureur jadis reçut ce sobriquet) ; si le second terme passe définitivement à l’idée générale de rapidité, la langue, pour exprimer l’idée de cheval, lui substitue un autre mot ; les langues bien vivantes ne sont jamais embarrassées pour si peu. Certains noms de couleurs en sont restés à la phase mixte, tantôt substantifs, tantôt adjectifs: teint brique, cheveux acajou, la Revue saumon (3) ; mais tout substantif français peut être employé adjectivement : le champ de la composition des mots selon ce système est donc illimité (4). On forme encore beaucoup de nouveaux mots en faisant suivre d’un nom un verbe à l’impératif singulier ou un substantif verbal; cette méthode a enrichi la langue française depuis l’origine : coupe-gorge, tire-laine, pèse-goutte, hache-paille. Les combinaisons sont nombreuses par lesquelles se façonnent les mots composés ; ce n’est pas ici le lieux de les expliquer, mais on peut conseiller, en principe, à tous les innovateurs d’avoir toujours sous la main les deux livres admirables de Darmesteter sur la formation actuelle des mots nouveaux et des mots composés. On vient d’inventer un appareil que l’on a bien voulu dénommer cinézootrope ; que nos aïeux n’ont-ils su le grec aussi bien que les photographes (encore un joli mot) et le tournebroche s’appellerait pompeusement l’obéiscotrope (5) !

  Cinézootrope appartient au grec industriel et commercial : c’est une langue fort répandue, qui se parle au Marais et qui s’écrit dans les prospectus. Selon cet idiome, un empailleur devient un taxidermiste ; et un vitrier, un vitrologue ; et un cartonnier, un biblorhapte : la profession est au Bottin ! Le papier-cuir devient du papier skytogène (6) et toute pommade est philocome (7) comme tout élixir odontalgique (8). Beaucoup de ces barbarismes sont assez fugitifs, mais il en demeure assez pour infecter même la langue commerciale qu’on aurait pu croire à l’abri du delirium grœcum. C’est que l’auteur d’une invention souvent insignifiante croit ennoblir son œuvre en la qualifiant d’un mot qu’il achète et qu’il ne comprend pas (9) ; c’est aussi que les commerçants connaissent le goût du peuple pour les mots savants ; en prononçant des bribes de patois grec ou latin, la commère se rengorge et la femme du monde sourit, pleines de satisfaction. Un marchand d’appareils photo- graphiques a baptisé sa boutique, Photo-Emporium ; il vend des vitagraphes et des kromskopes ! Tel industriel se vante d’être le créateur du cuir pantarote et du taxiphote. Celui-ci trafique orgueilleusement d’huiles qu’il dénomme : enginer-auto  et moto-naphta (10) ! Voilà les résultats de l’instruction vulgarisée sans goût. Il y a là quelque chose de honteux, mais le grand point est de parler français le moins possible et d’avoir l’air, en prononçant des syllabes barbares, d’avouer un secret.

   Les médecins de Molière parlaient latin, les nôtres parlent grec. C’est une ruse, qui augmente plutôt leur prestige que leur science. Ils commencèrent à user sérieusement de ce stratagème au dix-huitième siècle ; du moins ne voit-on, avant cette époque, même dans Furetière, que peu de termes médicaux tirés du grec. Peu à peu ils se mirent à divaguer dans une langue qu’ils croyaient celle d’Hippocrate et qui n’est qu’un jargon d’officine. Les vieux noms des maladies, tels que pourpre, grenouillette, poil (11), taupe, écrouelles, échauboulures, tortue, ongle, clou, fer-chaud, fie, thym (verrue) furent chassés ; chassées aussi les appellations populaires comme : mal S. Antoine, mal rose, mal des Ardents, trois noms de l’érysipèle ; comme mal d’aventure, pour panaris, mal S. Main, pour la gale, mal de mère, pour hystérie ; comme mal caduc, haut mal et mal S. Jean, pour épilepsie. Cependant Villars les cite encore (12) ainsi que les noms vulgaires des instruments de chirurgie : bec de cygne, bec de cane, bec de grue, bec de lézard (13), bec de perroquet, bec de corbeau, bec de bécasse, pélican, érigne, feuille de myrte, etc. Il nous apprend que le sieur Mauriceau, accoucheur, ayant inventé un instrument, l’appela tire-teste. Ce médecin osait encore parler français. J’ignore le nom de l’actuel tire-tête, mais je suis sûr que ce nom commence par céphalo (14). Malgré ce retardataire la nomenclature médicale s’ornait de vocables décisifs. On avait décidé de nommer acrochordons les verrues, emprosthotonos les convulsions, lipothymie la pâmoison, alexipharmaques les contre-poisons, anacathartiques les expectorants, eccoprotigues les purgatifs, anaplérotigues les cicatrisants ; il y eut des médicaments antihypocondriaques , à savoir : l’ellébore noir, la scolopendre, l’hépatique, le séné, le safran de mars, les capillaires et l’extrait panchimagogue (15) . Ce fut un grand progrès d’avoir appelé histérotomotocie l’opération césarienne, scolopomacherion le bec de bécasse et méningophylax un couteau à pointe mousse pour la chirurgie de la tête (16), et axonge le saindoux.

Les médecins modernes n’ont presque rien inventé de plus absurde, mais ils ont inventé davantage, et renouvelé à la fois leur science et l’art d’en voiler la faiblesse au vulgaire. Le Dr Bazin, qui avait du mérite, aurait rougi de ne pas appeler un cor, tylosis (17). La petite maladie des paupières qu’Ambroise Paré nommait ingénument des grêles, ses héritiers l’ont baptisée chalazion ; ce mot était technique dans la médecine grecque, mais grêles (ϰαλαζα) le traduit fort bien, image pour image. « Les médecins, dit avec sagesse M. Brissaud, sont coupables de conserver — et surtout d’inventer des formes bâtardes, métissées de grec et de latin, dans les cas où le fond de notre langue suffirait amplement » ; et il cite le mot excellent de cailloute, nom d’une phtisie particulière aux casseurs de cailloux, ou provoquée par des poussières minérales ; les nosographes , le trouvant trop clair et trop français, l’ont biffé pour écrire pneumochalicose. Mais n’avaient-ils pas déjà substitué phlébotomie à saignée ! Voici sans observations une liste de mots français avec leur nom correspondant en patois médical ; on jugera de quel côté sont la raison et la beauté :

Adéphagie…………….. Fringale

Adénoïde……………… Glanduleux

Agrypnie………………. Insomnie

Advnamie…………….. Faiblesse

Omoplate…………….. Palette, Paleron (restés comme termes de boucherie)

Ombilic……………….. Nombril

Pharynx………………. Avaloir (vieux français)

Zygoma………………. Pommette

Thalasie……………… Mal de mer

Epilepsie…………….. Haut-mal

Asthme………………. Court-vent

Ephélides……………. Son (taches)

Ictère…………………. Jaunisse

Naevi…………………. Envies

Phlyctène……………. Ampoule

Ecchymose…………. Bleu, Meurtrissure, Sang-meurtri (vieux français)

Myodopsie………….. Berlue (latin : bislucere)

Diplopique…………. Bigle

Apoplexie…………… Coup de sang

Thermo-héliosie….. Coup de soleil (18)

.

   On pourrait continuer, car le vocabulaire gréco-français est fort abondant. Les lexiques spéciaux contiennent environ trois mille cinq cents mots français tirés du grec, mais ils sont tous incomplets ; il est vrai que l’un de ces ouvrages attribue au grec la paternité d’une quantité de vocables purement latins, ou allemands, comme pain et balte. L’auteur, pour l’amour du grec, fait venir bogue, une sorte de poisson, de βοάω), qui veut dire crier : c’est peut-être aller un peu loin (19) ! Mais le nombre exact de ces mots importe peu ; il y en aura toujours trop, bien qu’ils meurent assez rapidement. Rien ne se fane plus vite dans une langue que les mots sans racines vivantes : ils sont des corps étrangers que l’organisme rejette, chaque fois qu’il en a le pouvoir, à moins qu’il ne parvienne à se les assimiler. Prosthèse, terme grammatical, — élégante traduction de greffe ! — a échoué sous la forme prothèse chez les dentistes qui bientôt n’en voudront plus. Déjà les médecins qui ont de l’esprit n’osent plus guère appeler carpe le poignet ni décrire une écorchure au pouce en termes destinés sans doute à rehausser l’état de duelliste, mais aussi à ridiculiser l’état de chirurgien. Si beaucoup de mots nécessaires à la médecine et à l’anatomie (celui-ci même, par exemple) sont irremplaçables, il faut tout de même tenter de les rendre moins laids en les francisant complètement et non plus seulement du bout de la plume; nous examinerons ce point.

   De l’usage des termes grecs dans les sciences médicales, on donne cette explication qu’il est impossible de tirer tel dérivé nécessaire de tel mot français. Que faire de oreille, par exemple, ou de œil ? Mais du mot œil l’ancienne langue a tiré œillet, œillade, œillère (20) -, de oreille, elle a tiré oreillon (orillon, dans Furelière), oreillard, oreiller, oreillette, oreillé (terme de blason). Oreillon, c’est pour le peuple toute maladie interne de l’oreille ; cela vaut bien otite, il semble. Œil était tout disposé à donner bien d’autres rejetons : œiller, œilliste, œillage, œilloon, œillard, etc. ; et oreille : oreilliste, oreilleur, oreillage. Qui même peut affirmer que ces termes ne sont pas usités en quelque métier ?

   Mais le médecin des yeux eût rougi de s’appeler œilliste, comme le médecin des dents s’appelle dentiste ; déjà la qualification à oculiste, insuffisamment barbare, humilie ses prétentions : il est ophtalmologue. Il y a aussi des otologues, des glossologues et peut-être des onyxologues. (21)

   Comme la médecine, la botanique, dont les éléments premiers, les noms vrais des plantes, sont pourtant de forme populaire, a été ravagée par le latin et par le grec. Là, il n’y a aucune excuse, car toutes les plantes ont un nom original et rien n’obligeait les botanistes français à accepter la ridicule nomenclature de Linné, alors que la nomenclature populaire est d’une richesse admirable. Pour le seul mot clemalis vitalba ou clématite, en véritable français, viorne, du latin viburnum, il n y a pas dans la langue et dans les dialectes moins d’une centaine de noms (22) ; en voici quelques-uns, parmi lesquels on pouvait choisir : aubevigne, vigne blanche, vignolet, fausse vigne, veuillet, vioche, vigogne, viorne, vienne, vianne, viaune, liaune, liane, viène, vène, liarne, iorne, rampille, et des mots composés très pittoresques : barbe de chèvre, barbe au bon Dieu, cheveux de la Vierge, cheveux de la Bonne Dame, consolation des voyageurs (23). A quoi bon alors le mot clématite (qui n’est d’ailleurs pas laid) ? Quel est son rôle si ce n’est celui de négateur de tous ceux qu’il a l’orgueil de remplacer ? Elle est singulière la légendaire pauvreté d’une langue où l’on pourrait dans l’écriture d’un paysage nommer trente fois une plante sans répéter deux fois le même nom ! Mais une langue est toujours pauvre pour les demi-savants (24). Que d’images pleines de grâce dans ces noms que le peuple donna aux fleurs ! Ainsi l’adonis aestivalis ou autumnalis est appelé : goutte de sang, sang de Vénus, sang de Jésus ; l’anémone nemorosa est la pâquerette, la demoiselle, la Jeannette, la fleur des dames ; la pulsatilla vulgaris est la coquelourde, la coquerelle, le coqueret, la coquerette, la clochette, le passe-velours, la fleur du vent. Cette coquerelle, des botanistes ont osé la dénommer alkékange, mot dont j’ignore l’origine (25), mais dont la laideur est trop évidente. L’ortie de mer est devenue acalèphe ; le chardon, une acanthe ; le cresson de fontaine, un narsturtium officinale ; le rosage, un rhododendron (26) ; la graine de l’églantier, un cynorhodon ; le genêt à fleurs d’or un sarothamnus, et l’épine-vinette, une oxyachante ; l’âne qui broute en remuant les oreilles reçoit la qualification pompeuse d’acanthophage.

   Le fourreau dans lequel s’insèrent les tiges fragmentées des poligonées était appelé jambière. Et c’est cela ; on tire sur la tige et elle se sépare en plusieurs tronçons qui sortent comme une épée du fourreau, comme une jambe de la botte. Mais le vrai savant n’est pas satisfait : alors il cherche le mot virgilien ocrea.

Tum laeves ocreas electro auroque recocto.

   Cela ne suffit pas encore. Il y ajoute un h. Voici, ochréa. La langue de la botanique contient toute une partie exquise ; j’en veux citer quelques exemples pour prouver qu’on peut créer des mots nouveaux et cependant rester dans la beauté linguistique.

.

   Noms généraux des graines et fruits :

Sorose (ananas).

Cônes (pomme de pin).

Sycône (figue).

Drupe (pomme, pêche).

Samare (graine de l’orme).

Peponide (melon, cornichon).

.

   Noms des feuilles, forme et parties :

Pétiole, tige de la feuille.

Fronde (feuilles de la fougère).

Feuilles sessiles, sans pétiole.

Feuilles pennées, dont les nervures figurent une plume.

Feuilles lancéolées, aiguës.

Feuilles palmées, qui ressemblent à une main (marronnier).

Feuilles heltées, en forme de bouclier (capucine).

Feuilles hastées, en forme de lance.

Feuilles sagitées, en forme de flèche.

Feuilles lyrées, en plusieurs lobes (laiteron).

Limbe, la feuille étendue.

.

   Noms des fleurs, forme, parties, assemblage.

Corolle.

Calice.

Capitule (fleur de la marguerite, du souci).

Corymbe (groupe des fleurs du cerisier).

Ombelle (groupe des fleurs de la ciguë).

Panicule (groupe des fleurs de l’avoine).

Spadice (fleur de l’arum).

Thyrse (grappe du lilas).

Inflorescence, ensemble de la fleur composée.

Hampe florale, pédoncule de la fleur.

.

   Autres mots : aubier, coulants, tigelle, gemmule, etc.

   Sous le nom de zoologie, l’histoire naturelle s’est glorifiée, comme la botanique, d’un mépris complet pour la langue populaire et raisonnable : l’espadon est promu à la dignité de xiphias et le raveçon devient un uranoscope, de sorte qu’on doute si ce poisson n’est pas plutôt une lunette  d’approche ; les fourmiliers sont des oryctéropes ; les crabes, des ocypodes ; les chauves-souris, des chéiroptères ; traduit bien soigneusement en gréco-français, le fourmi-lion devient le myrméléon.

    Il y a un oiseau que Buffon appelle courlis de terre ou grand pluvier ; Belon, pour le mieux caractériser, adopte le terme populaire, jambe enflée, lequel est fort juste, puisque ce pluvier est remarquable par un renflement particulier de la jambe au-dessus du genou. Une telle bonhomie a choqué les naturalistes modernes et ils ont traduit soigneusement en grec jambe enflée, ce qui a donné le mot charmant œdicnème. Ce sont les mêmes ravageurs qui baptisèrent brutalement orthorrhynque le miraculeux oiseau-mouche, la petite chose ailée par excellence, et dont on disait jadis qu’il vole sans jamais se reposer, qu’on croyait dénué de pattes, parce que les Indiens qui le capturaient les enlevaient si adroitement que toute trace de la blessure avait disparu ! Une histoire naturelle pour les enfants commence ainsi un chapitre : «Le nom du chœropotamos vient de deux mots grecs, choiros, porc, et potamos, rivière.» N’est-elle pas amusante cette explication, qui répète sans doute littéralement le raisonnement du savant inventeur de ce mot grotesque ? Mais ni le savant ni personne n’ont jamais songé combien il serait simple, clair et logique, et économique de dire, avec naïveté : porc de rivière. Ensuite les Grecs pourront traduire cela en grec, les Anglais en anglais, les Allemands en allemand ; cela ne nous regarde pas.

   Tandis que les savants donnaient sans goût à des crabes, à des vers marins les noms de Maïa, d’Hermione, de Galatée, ils ne pouvaient souffrir que les marins appelassent chaudron un dauphin à très grosse tête : ils le baptisèrent de ce nom funambulesque : globicéphale ! Il y a un saurien d’Egypte que l’on appela longtemps, parce qu’il se défend avec sa queue écailleuse et piquante, fouette-queue ; il a fallu traduire cela en grec : uromastix. Fauvette à tête-noire, cela est bien vulgaire ; on dira mélanocéphala. Comme c’est simple. Un charançon est appelé par les paysans de Provence, allusion à son gros bec, becaru : la science dit rynchite, et pour plus de sureté, comme il vit sur la vigne (Fabre, Souvenirs entomologiques), elle ajoute betuli (du bouleau). Un insecte qui rappelle la cigale est appelée cicadelle et, parce qu’il répand une bave abondante, cicadelle mousseuse. Le savant intervient et dit : aphrophora. Un autre renchérit et dit : aphrophora spumaria, ce qui donne, remis en français : porte-écume écumeuse (Fabre, VII, 221). Qui reconnaîtrait le cousin sous ce nom grand comme une montagne : Monodontomerus Cupreus ?

   Outre sa nomenclature, où je veux encore relever quelques mots galants tels que chondroptérygien et macrorrhynque (comment des créa- tures humaines ont-elles pu émettre de tels sons (27), volontairement ?), l’histoire naturelle possède une langue générale dont elle a mal- heureusement imposé l’usage aux historiens et aux critiques. En voici un aperçu :

Anthropozoologique (28)           Oryctographie

Anthropomorphique                    Bio-sociologique

Anthropolologie (?)                      Chorographie

Anthropopithèque                        Paléoethnologie

Dolichocéphale                              Mammalogique

Mésaticéphale                                Leptorrhinienne

Brachycéphale                               Néanderthaloïdes

Hvperdolyclîocéphalique            Thériomorphisme

Brachychéphalisante                    Antipsychie

Bi-zygomatique                             Hypocoriotique

Eugénésique                                   Ulotrique

Microorganisme                             Léiotrique

Microbiologie                                  Dulçaquicole (29)

   Quelques-uns de ces mots sont d’une laideur neutre et bête ; les autres sont hideux à dégoûter de la science et de toute science. Buffon cependant, qui avait du génie, a écrit sur l’homme tout un volume, encore scientifiquement valable, et clans une langue qu’un enfant de douze ans comprend à la première lecture. La notion contenue dans hyperdolychocéphale n’est pas de celles dont l’importance puisse justifier la méchanceté du mot.

   Le grec admettait des combinaisons de lettres que nous ne pouvons plus juger, la prononciation ancienne nous étant inconnue ou mal connue. C’est pourquoi aucun mot grec, ni même les noms propres, ne peut être transposé littéralement en français. J’ignore comment les Grecs articulaient Ηρακληζ, mais certainement ils ne disaient pas Hèraklès. Hercule n’est pas une transcription beaucoup moins exacte. Du XIVe au XVIIe° siècle, le français, alors si puissant, avait dompté et réduit au son de son oreille presque tous les noms grecs historiques. C’est de cette époque que datent Troie, Ulysse, Hélène, Achille, Cléopâtre, Thèbes, qu’on a voulu réformer plus tard et arracher de la langue en les écrivant Troie, Odysseus, Hélènè, Akhilleus, Clèopatrè, Thébè. Quant à la nécessité de différencier Ποσειδων d’avec Neptunus, elle est certaine ; là, on pourra peut-être innover, mais en se souvenant que notre langue est latine et que la transcription latine de Ποσειδων est Posidion (30). Il faut beaucoup de tact et beaucoup de prudence pour franciser des mots grecs, sans offenser à la fois le grec et le français.

.

Fin du chapitre 3

Remy de Gourmont – Esthétique de la langue française (Quatorzième édition, 1923)

.

__________________________________________

(1) Callery, Dictionnaire de La langue chinoise. Spécimen. 1842.

(2) Noter que l’expression française, avec ses trois mots, est plus courte que l’unique mot grec. – Les Grecs écrivent xεφαλαργτα, ce qui est beaucoup moins difficile à prononcer ; cette forme est citée par Max Müller (Nouvelles Leçons I, page 225 de l’édition française), à propos des changements de l en r.

(3) Cavallotti avait fondé un journal appelé Gazzettino rosa ; nous disons de même une femme châtain. Noms récents de couleurs : bronze, puce, carmélite, prune, olive, chamois, souris, paille, crème, feuille-morte, loutre, chaudron, ardoise, ivoire, raison de Corinthe, etc.

(4) Mots récents ainsi formés : cheval-vapeur, idées-forces.

(5) Οβελισϰος veut dire broche ou brochette.

(6) Sans doute pour scytogène. (σκυτος)

(7) Littéralement qui-soigne-sa-chevelure ; le mot est donc absurde. On peut cependant interpréter : ami de la chevelure. La forme est, en tout cas, meilleure que celle que représentent bibliophile, oenophile, etc. Alexis Pieron, qui savait le grec, les appelait des « ordures lexicographiques », Voltaire et ses maîtres, p. 93. S’il avait connu goudrophiliste ! Ainsi Le Figaro du 22 août 1903 appelle les partisans des routes goudronnées.

(8) Même remarque, le sens direct est : qui-fait-mal-aux-dents. — Pour dire l’art de restaurer les livres, Nodier conseille sérieusement bibliuguiancie.

(9) L’inventeur qui a décoré sa lanterne du nom de biographe ignorait peut-être l’existence antérieure de ce mot dans l’usage français ; il ignorait encore bien plus que βτος ; signifie surtout la vie humaine et ne possède pas l’idée générale de vie qui est tenue par ζων ou φνσις. — Le mot français biologie veut dire en grec biographie.

(10) Il y a pire : voici, peut-être, les chefs d’œuvre de la sauvagerie linguistique : « vacuum cleaner, nettoyage par le vide », et « come pilo, détuit poils et duvets ». Come est le mot anglais qui veut dire manger ; pilo est une création. Tous les industriels ne sont pas délirants. Un sieur Olry appelle un de ses produits olryaline, ce qui est bien ; un élixir contre les névralgies se dénomme névraline ; enfin le catalogue Potin (1903) nous offre ces nouveautés vraiment charmantes et françaises : nettine (eau à nettoyer) et, merveille de simplicité, lampaline (marque d’un pétrole). Il y avait déjà luciline, qui est convenable.

(11) Maladie du sein dont le nom était, il est vrai, dû à une erreur assez ridicule.

(12) Dictionnaire françois-latin des termes de médecine et de chirurgie par Elie Col de Villars; Paris, 1753. — Il cite aussi de curieux noms de bandages : épi, doloire, fanons, œil, épervier, etc.

(13) Comme on se figure difficilement le bec d’un lézard, voici l’article de Col de Villars : «Bec de lézard, s. m. Rostrum lacertinum, i. s. n. C’est aussi [comme le bec de grue] une espèce de tire-balle ou de pincettes dont les lames qui forment la partie antérieure sont applaties.»

(14) Nom médical de tête, en composition. Cerveau, cervelle, trop clairs, de trop bonne langue, sont remplacés par encéphale, en composition, encéphalo ; tête, par céphalo.

(15) Une liste des anciens qualificatifs thérapeutiques a été reproduite, d’après la Pharmacie, dans la Chronique médicale du 1er mai 1904.

(16) « Qui dirait que le styloscratchyoïdien soit un petit muscle qui ne sert (lui dixième) qu’à remuer un très petit os ? Un nom si grand et si grec ne semble-t-il pas promettre un agent qui remuerait toute notre machine ? Et je suis persuadé que, quant aux vaisseaux omptalomésenteriques, un simpe petit monosyllabe aurait pu remplir avec honneur toutes les fonctions de ce magnifique terme. (Fragment inédit de Montesqieu, l’Hémycicle, juillet 1901.)

(17) Le Professeur Brissaud, Histoire des expressions populaires relatives à la médecine (1888)

(18) A daltonisme, on a essayé récemment, et c’est peut-être fait, de substituer dyschromatopsie. « Goutte, ce nom peu scientifique méritait de naître dans un siècle barbare… » Guilbert, cité par Chronique médicale, 1er octobre 1900.

(19) Un autre étymologiste n’a-t-il pas dit sérieusement : anas, canard, vient de a-nando, ne nageant pas !

(20) Œillette, anciennement oliette, se rattache à oleum, olium, huile.

(21) Littré, consulté sur la valeur d’une nouvelle dénomination scientifique tirée du grec, conseilla de la remplacer par un composé de mots français (10 avril 1876). Cat. des Autographes de la collect. Benj. Fillon. C’était peut-être poïkilotherme, à température variable, ou mistakostrepsomanie, manie de caresser sa moustache ! La Revue de linguistique (15 avril 1904) a relevé les mots suivants qui qualifient des médications plus ou moins charlatanesques : kinésithérapie, automassothérapie, hydinassothérapie, etc.

(22) E. Rolland, Flore populaire, tome 1er.

(23) Les Anglais disent aussi : Traveller’s joy, parce que la viorne annonce un village prochain.

(24) Il ne faut pas confondre cette opulence imaginative ou verbale, qui témoigne de la vitalité d’une langue, avec l’indigente richesse dont on a parlé plus haut, qui ne met en circulation que de la fausse monnaie.

(25) C’est l’arabe al-kakendj. Au XVIe siècle, Nicot dit alcange. Hadrianus Junins le cite comme synonyme de halicacabus et lui donne pour correspondants en français (XVIe siècle) : coquerets, coulebobes, alquequanges, baguenaudes.

(26) Le Dictionnaire d’histoire naturelle de Guérin (1839) donne encore la notice du rhododendron au mot rosage. La perte est donc récente. On lit dans la Macette de Régnier

… Ce visage

Plus vermeil qu’une rose et plus beau qu’un rivage.

Aucun éditeur, ni même M. Brunot, n’a jamais songé qu’il fallait lire : rosage. Le mot figure dans la Botanique de Guéroult (1545).

(27) En astronomie, le terrible sizygie est à peu près impossible à prononcer ; on le croirait inventé pour quelque « jeu de société », comme Gros gras grain d’orge, quand te dégrogragraindorgeriseras-tu ?

(28) J’ai relevé ce mot et le suivant, car il s’agit de les prendre en des livres de littérature, dans une étude de M. Faguet sur les fables de La Fontaine. Je prends la plupart des autres dans un livre de M. Jean Laumonier, la Nationalité française. II. les Hommes, et dans l’Année sociologique, publication estimée. On les trouverait également épars en des centaines, en des milliers d’ouvrages récents et jusque dans les romans à prétentions scientifiques. Beaucoup sont usuels : ils n’en sont pas meilleurs. Cette liste montrera l’étendue et la gravité du mal qui opprime la langue française. Nodier disait déjà, en 1828 : « Ma langue des sciences est devenue une espèce d’argot moitié grec, moitié latin… Il faut prendre garde de l’introduire dans la littérature pure et simple… » Le mal est fait. Le même Nodier fait remarquer, quoique bien respectueux du grec, combien il est ridicule et impropre de dire en français alphabet au lieu de abécé ou abécédaire, selon les cas. (Examen critique des Dictionnaires.)

(29) Celui-ci est de M. Vaillant (C. R. Acad. des Sciences, 1902, p. 977). Il veut remplacer « d’eau douce » : poissons duçaquicoles.

(30) Nom de plusieurs villes et, en particulier, nom ancien de Catomeria, dans l’île de Chio : Posidion. – Sur la transcription des noms grecs en français, se reporter aux idées si raisonnables de du Bellay, Défense et illustration de la langue française, p. 128 de l’édit. Person. Par quelle aberration accuse-t-on encore Ronsard, d’après Boileau, de faire parler grec et latin à sa muse, lui qui, au contraire francise délibéremment tous les noms de l’Antiquité ?

… Antinoüs, qu’en langage françois

Pour le bien appeler on dirait l’Antinois.

(Vers inédits, 1855)

   Tel est son système. De Anubis, il fait Anabe ; d’Antinoé, Antinée, etc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s