Un automne à Pékin…

.

à mon cerisier en fleurs,

Vous revenez d’un pays froid, minéral, d’où sortent du sol parfois de grandes douches chaudes. Vous avez cette impression de marcher sur la tête. Et vous n’êtes pas non plus à Pékin et vous n’êtes pas non plus un ange, ni celui de Vian ni celui de Wenders. Encore qu’avec celui de Wim, vous partagez cette soif de découvertes et de rencontres. Vous regardez le ciel. Vous regardez les gens autour de vous. Vous êtes dans un cauchemar mais c’est la réalité. Vous marchez. Vous pensez aux êtres qui vous sont chers. Vous n’y tenez plus. Vous prenez un bateau qui vous conduit au premier avion qui vous ramène dans le ciel. Vous avez besoin de couleurs, de bleu, de traces blanches dans ce ciel bleu. Vous pensiez avoir une vie sédentaire et vous vous découvrez nomade. Vous vous dites que vous ne fuyez pas la réalité puisque que vous avez été confronté à votre solitude la plus profonde. Vous riez alors. Puisque vous vous rappelez un strip de Mafalda qui disait que la solitude n’existe pas parce que l’on pense toujours aux personnes qui nous sont proches. Vous vous êtes un peu perdu. Vous avez eu besoin d’aller sur une île pour quitter la votre. Vous retrouvez ce fil d’Ariane qui toujours est près de vous et les couleurs que vous voyez ce matin, ces toutes petites feuilles rouges jonchées sur le sol du jardin botanique de Strasbourg, vous redonnent ce que vous aviez égaré… la joie de vivre…

Silence

Une réflexion sur “Un automne à Pékin…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s