La porte aux yeux verts par Christine Zottele (Vase communicant, Octobre 2012)

Ce serait l’idée, oui. Trouver le passage. Glisser entre Charybde et Scylla. Ne pas se faire presser par deux oranges, après avoir évité les trombes de café bouillant se déversant du gobelet géant. Embarqués sur notre frêle esquif, les océans ne nous ont pas broyés : entre force et faiblesse, il n’existe souvent que la volonté de ne pas l’exercer à tout prix. Ouah ! Redis-moi ça, Pénélope, pas sûr d’avoir compris. Je disais qu’il fallait savoir parfois se laisser porter par les flots et ne pas vouloir toujours mener la barque. D’ailleurs, Ulysse, c’est mon tour de passer devant. Noyés les stéréotypes dans les pleurs amers des anciennes inconsolées. Tout de même, t’en as fait du chemin depuis le linceul de Laërte. Mais les oranges opprimées trop longtemps nous pressent et il nous faut sortir d’ici. Qui sait faire de la voile sans vent ? Qui peut ramer sans rame ? Tu entends la chanson des sirènes de notre enfance.

L’idée cède le passage, laisse place à l’image. L’image née en Enfance aurait disparu subitement en Élevage, Pâturage et Plus-d’âge. Un jour trop tard, elle aurait réapparu. Mais peut-être pas trop tard, finalement…

Déjà plus une toute petite fille sur le chemin de l’école. L’enfance qui s’ennuie et traîne les pieds. Ses parents ne sont pas ses vrais parents, elle en est persuadée. Elle s’engage dans cette rue oblique qu’elle n’aime pas. La grande demeure bourgeoise, sévère, pignons sur rue, au-dessus du mur qui longe toute la rue. Qui ne laisse rien voir et donne envie de savoir. Maintenant elle se demande si ce ne sont pas ses vrais parents qui habitent là. Elle presse le pas. Le mur plie au coude et continue sur une autre rue perpendiculaire à la première, là où elle ne va pas. Elle devrait traverser et se dépêcher mais, non, elle continue à longer le mur. Une porte patinée par le temps – elle ne dit pas ça, elle dit peut-être écaillée, elle a déjà une langue – mal jointe, laisse voir le jour vert. C’est la première fois qu’elle voit cette porte – la première fois aussi qu’elle ne fait pas ce qu’on attend d’elle – c’est un jour à premières fois et le merveilleux, c’est qu’elle le sait, elle en a conscience. Elle se hisse sur la pointe des pieds s’agrippe à la porte tente d’en voir davantage. De l’herbe et de la lumière qui dansent. C’est tentant et ça ne doit pas bien être difficile d’ouvrir cette porte. Elle veut faire durer le plaisir. Elle recule. Deux petits trous dans la porte, des yeux verts lui sourient. Elle sait maintenant que l’enfance ne durera pas. Qu’elle pourra en sortir quand elle le voudra. Elle a trouvé le passage. Elle sourit et repart en courant. Elle n’arrivera peut-être pas trop en retard.

Christine Zottele, septembre 2012.

.

« Le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre. » 

Plaisir d’accueillir Christine pour un vase communicant régional ;) autour du cloisonnement, des portes et des passages, thèmes qui me sont proches : « Ce serait l’idée, oui. Trouver le passage.  »  Bienvenue Christine et sur son Etsansciel,  elle reçoit mon texte : Dans la nuit blanche d’Estelle…

Du dérisoire, de l’insignifiant ou/et de l’ essentiel ? dit-elle… Des passages, aujourd’hui…

Cette belle expérience de partage d’écritures et d’espaces se poursuit ce mois-ci sur les blogs listés ici.

Bonnes lectures…

Silence…

Advertisements

2 réflexions sur “La porte aux yeux verts par Christine Zottele (Vase communicant, Octobre 2012)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s