Le regard ultime – 9

« Souffrir est une chose ; vivre avec les photographies de la souffrance en est une autre, et cela ne renforce pas nécessairement la conscience ni la capacité de compassion. »

Il faut aussi de la mémoire. Mais cela n’est pas encore suffisant : rester en éveil. Et toujours s’étonner qu’une image pornographique choque plus que cette photographie de l’entrée du camp d’Auschwitz-Birkenau.

Silence.

.

En italique, extrait de : « Sur la photographie » de Susan Sontag. – Editions du Seuil, 1979.
Publicités

Une réflexion sur “Le regard ultime – 9

  1. Oui, toujours s’étonner… Mais ici l’image ne se suffit pas à elle-même, il y faut une mémoire, des récits, des traces, sans quoi on n’y voit un banal chemin de fer, un bâtiment de briques, une évocation vague peut-être d’un péril ancien… L’image pornographique se suffit à elle-même, c’est sa force et sa misère.
    Julien Boutonnier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s