Le regard ultime – 6

« Le silence devant le panneau de sens interdit dure un quart de seconde parce que nous comprenons tout de suite ce qu’il veut dire. Plus l’image est intéressante, complexe, plus elle a de profondeur, de couches de significations, plus son silence sera long. »

Et en regardant tous ces fragments de réel : ces photographies que nous prenons dorénavant quotidiennement, je ne souffle mot ou, de temps en temps, quelques rares bribes désarticulées qu’on dirait vues de profil comme sur un bas-relief grec.

Silence.

En italique, phrases de : Le temps fixé : petite conférence sur les images de Jean-Christophe Bailly (Bayard, 2009)
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s