Le regard ultime – 5

« Elle se demandait si son « accoutumance » aux vapeurs de décapants à peinture pouvait avoir quelque chose à voir avec le fait qu’elle ne lisait « jamais » plus le moindre livre. »

Et cela expliquait sans doute partiellement ceci, que la lecture n’existait plus que dans la marge, pratiquée encore par d’irréductibles chercheurs de sens, même si bien entendu, dans leurs discours, chacun se targuait, à l’ère du numérique, d’évoquer le livre et la lecture à la manière d’un Panthéon empli de dieux… déjà morts.

 

Silence.

Entre guillements, phrase du livre corrosif : Freedom de Jonathan Franzen (Ed. de l’Olivier, 2011)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s