Le regard ultime – 4

« N’y a-t-il pas une contradiction flagrante à considérer comme « artificiel » le produit de l’activité d’un être « naturel » ? »

Et de catégoriser en permanence, nous oublions de parsemer notre jardin comme l’humus ténébreux de la forêt renouvelle la verdeur du royaume des futaies.

Silence

En italique, phrase extraite du livre de Jacques Monod : Le hasard et la nécessité : essai sur la philosophie naturelle de la biologie moderne (Le Seuil, 1970)
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s