Notre errance était notre choix…

Nous avions marché jusqu’à l’orée du bois. Maintenant, à perte de vue s’étendait une plaine de champs, des bosquets épars et sur l’horizon, une autre forêt, tout aussi impénétrable que celle que nous venions de traverser. Il ne faut pas se fier au regard, au premier regard. Les apparences sont parfois trompeuses. Il existe toujours un chemin qui traverse la plus profonde forêt et s’il n’existe pas, il suffit de l’inventer, ou plus modestement, de le rechercher. Nous traversions alors la plaine comme on traverserait un gué. Avant de replonger dans la forêt. Nous aimions les sous-bois, la douce tranquillité de la lumière tamisée, cet apaisement qui était un hors-temps qui nous permettait de n’être que tous les deux. A cheminer. A entendre les bruits de la forêt : craquements de bois, cris des oiseaux au loin, glissements dans les feuillages et froissements des feuilles sous l’effet du vent. Tous les personnages des livres lus nous accompagnaient. Parfois, le silence. Jamais longtemps. Nous nous tenions la main. Rien ne pouvait plus nous arriver. Nous traversions ensemble les forêts du monde. Notre errance était notre choix. Nous cherchions la clairière pour nous installer. Le crépuscule, soudain, nous surprenait. Nous étions les derniers habitants de ce monde. Nous nous endormions sereinement sous un arbre, des feuilles mortes tapissaient notre lit. Une chouette veillait au-dessus de nous. Le soleil pouvait revenir…

 Silence

Faire signe : journal quotidien jubilatoire en 200 mots ou quelques… : 124

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s