Antonio Pagnotta rencontre le dernier homme de Fukushima : Naoto Matsumura

Une photographie peut être complétement décalée sans la légende qui l’accompagne et ce drôle de personnage comique saluant dans ce qui fut, il n’y a pas si longtemps de cela, une gare est le dernier homme vivant encore dans les zones définitivement contaminées autour de la centrale nucléaire de Fukushima. Cette photographie, prise le 2 novembre 2011 par le photographe Antonio Pagnotta, représente Naoto Matsumura qui refuse de quitter la zone contaminée, continue à y vivre et prouve qu’il a  gardé un certain humour. « Ici, dans la gare de Tomioka où les herbes ont envahi les voies ferrées, il fait mine d’appeler le conducteur d’un train qui n’arrivera plus jamais. »

 « Pendant plus de neuf mois, le photojournaliste Antonio Pagnotta est régulièrement entré dans la zone interdite autour de la centrale de Fukushima au Japon. Il y a rencontré un homme qui a refusé d’évacuer les lieux. Il vit sans eau, sans électricité. » Le journal en ligne MEDIAPART publie depuis le 16 juillet une série de sept portfolios du photographe. Etonnons-nous une fois de plus de la complicité (?) et du silence assourdissant des « grands médias » autour du nucléaire, et saluons Médiapart qui publie ce travail remarquable et courageux. Et terrifiant : forcément ! Dire aussi qu’une série d’articles sur le nucléaire est disponible sur le site Médiapart comme ce Fukishima, le rapport qui change tout  par Michel Pracontal : « « Le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars 2011 ont été des désastres naturels d’une ampleur qui a choqué le monde entier. Bien que déclenché par ces événements cataclysmiques, l’accident qui s’est ensuivi à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi ne peut pas être regardé comme un désastre naturel. Ce fut un désastre profondément causé par l’homme – qui aurait pu et aurait dû être prévu et prévenu. Et ses effets auraient pu être atténués par une réponse humaine plus efficace. » On se demande bien quand ce sujet qui concerne nos santés, nos familles et notre avenir deviendra une priorité de la célébre Une de couverture des grands défenseurs de la liberté de la presse. Combien de temps faudra t-il  pour entendre évoquer d’autres alternatives à ce satanique nucléaire ? En attendant, vous savez ce qu’il vous reste à faire… au lieu de gober les inévitables dossiers photocopillés des années précédentes des hebdos de l’été… Mais chut…

Silence

Faire signe : journal quotidien (pas) jubilatoire  ce jour en 200 mots ou quelques… : 122

La photographie qui illustre ce billet est l’une des terrifiantes photographies d’Antonio Pagnotta… qui font signes, dans tous les sens du terme.

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s