Dans une halte du temps…

Il dit qu’il faut de l’invention dans la vie de tous les jours ; mais, c’est surtout du vide que l’on croise. Elle dit qu’il faut écrire tous les jours, et que c’est force et puissance pour le reste de la journée ; mais, le quotidien vous transporte dans ces rames de tramway vers le bout de la ligne et quand vous rentrez vous êtes épuisé. Ils disent leurs souhaits d’écrire, et que c’est cela la vie ; mais, un autre qui a écrit des dizaines de livres a dit que écrire ce n’était pas vivre. Ecrire c’est comme pause dans la course que l’on fait dans la course du temps, et tant pis, si on a déjà passé la ligne d’arrivée. On peut toujours revenir sur son chemin sans que cela ne vire à la nostalgie stérile. C’est drôlement excitant que de décrire avec des mots ce sentiment ou cette énergie qui vous guide, vous a guidé… puisque qu’écrire ce n’est pas vivre mais c’est une temporisation du temps, une sorte de halte. Mais, voilà, que je parle comme tous ces écrivains qui écrivent des pages sur le fait qu’ils doivent écrire. Risibles, un peu. Non, ce n’est pas cela qui est important : ce qui est important est dans cet acte de raconter, de se raconter, et même si il n’y a que deux yeux pour lire les mots que vous écrivez au moment où vous les publiez, c’est cela qui vous plait. Cela participe de l’invention… Et un sourire récolté est votre bien le plus précieux…

Silence 

Faire signe : journal quotidien jubilatoire en 200 mots ou quelques… : 103
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s