La lectrice béninoise

La lectrice béninoise va lire pendant dix mille ans, selon le long temps de sa civilisation. Elle ne tournera les pages de son livre qu’une fois par an, prenant le soin de lire et lire, relire et relire encore les mêmes mots avant de passer à ceux de l’autre page, d’un autre univers. La lecture est cet apprentissage de la lenteur, de la dégustation, école pour se forger le goût comme a été façonnée cette sculpture de fer, celle du sculpteur-forgeron Simonet Biokou. La lecture est sculpture, nous apporte fragments épars, petits morceaux de ferrailles ici où là, rejets et détritus de consommation périmée, que le forgeron que nous sommes, modèle, transforme pour donner vie nouvelle, à force de coups de marteau. La lecture qui ne conduit pas à nouveau regard… vous laisse terminer phrase… Car la lectrice béninoise vient de tourner la page, le temps, un instant suspendu, n’avez pas vu ?, elle va la lire pendant un an cette nouvelle image de lettres et mots, déchiffrant signes et desseins de l’auteur, et dans dix mille ans, peut-être, elle fermera son livre. En ouvrira un autre. Peut-être. Il est toujours difficile de fermer un livre qui vous plaît. D’entendre une autre voix. Du moins, c’est ce que l’on croit sur le moment. Mais le moment n’est pas toujours le bon temps qu’il faut écouter…

Silence 
Faire signe : journal quotidien jubilatoire en 200 mots ou quelques… : 99
Advertisements

5 réflexions sur “La lectrice béninoise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s