« Mais l’oeil de la pensée est supérieur à l’oeil du voir » (Michel Cassé)

« Mais quelle est l’origine de cette éclairante discipline [L’astrophysique] ? Galilée observant des montagnes sur notre satellite y vit imperfections et ratures. Il s’écria « la lune est terreuse » et c’était juste. Aujourd’hui nous renversons l’argument et disons la Terre est céleste, et ce n’est pas faux, l’astrophysique en amène la preuve tous les jours : l’intelligibilité du ciel s’accroît jusque dans ses confins. D’un coup d’oeil et d’un seul  il fit exploser les sphères cristallines d’Aristote et effaça la frontière entre le ciel supralunaire, réputé éternel , incréé, et le ciel sublunaire de la déchéance et de la mort, centré sur la Terre corrompue. Le changement radical de cosmologie consistant à passer du monde clos à l’univers infini fut parachevé par Newton. Il expliqua la mécanique du ciel au moyen d’une loi d’attraction universelle agissant au sein d’un espace infini (selon lui l’organe sensible de Dieu). Il cherchait Dieu dans la nature mais n’a laissé derrière lui qu’un univers d’horloger.

Le concept dynamique de succession se substitue à la simultanéité divine, et nous mettons l’accent sur la dimension temporelle, là où le terme d’univers pouvait paraître insister sur la dimension spatiale, volumique de la perception. L’univers ne peut être conçu sur le modèle de la chose, c’est un ordre à retrouver et cet ordre est temporel. L’univers est autant histoire que cosmographie. Cosmographes et historiens, unissez-vous ! Non parménidien, le ciel n’est pas à l’abri de la flèche temps, il n’est pas quintessence immuable préservée pour l’éternité, il est soumis au changement. Depuis l’astrophysique et la cosmologie sont devenues des théories héraclitéennes de l’évolution du ciel et de son contenu. Dans la grande mosaïque de l’univers voilà l’homme enchassé, tesson du vase brisé dont il conserve l’étincelle. L’astrophysique situe l’homme dans l’espace et le temps. Nous sommes entre deux lumières ou deux vides, si l’on préfère, ceux du commencement et ceux de la fin, ou, si l’on insiste, entre deux singularité, Big-Bang et trou noir.

L’homme est atomiquement grand mais cosmologiquement petit. En dimension et âge, il est poussière. Vieux le Ciel : nos ancêtres y vivaient déjà, la lune, les étoiles, la nuit… Vaste, vieux et froid : l’univers est vaste (parce qu’il est vieux et en expansion, et pour cette raison il est froid) infini peut-être il s’étend encore. Les sciences et les cultures du ciel ont été affectées par des mutations profondes dans leurs pratiques et la place qu’elles occupent dans l’imaginaire. Le vide occupe dorénavant le sommet logique et cosmique du discours, l’univers s’est transmuté en plurivers, le un a explosé en multitude et l’homme en astro-homme. Et la tête entière de l’astrophysique est tournée vars la métamorphose du faux vide en vrai vide. La cosmologue entre dans son siècle baroque et pétillant. Mais la vie obstinée demande reconnaissance. La vie n’est pas un songe. »

Préambule (extrait) – Astrophysique / Michel Cassé ; préface d’Hubert Reeves. – Ed. Jean-Paul Bayol, 2011. – (Collection Comprendre). – p. 10-11.

Quand vous sortez de la lecture de ce livre, vous avez du mal à retrouver ce que l’on appelle le réel. Pourtant ce livre ne parle que de cela. Pour comprendre (ou tenter de comprendre) les théories et travaux en cours autour de l’univers, enfin de tous les univers (plurivers). A lire… sous la plume poétique et humoristique de Michel Cassé… Silence

3 réflexions sur “« Mais l’oeil de la pensée est supérieur à l’oeil du voir » (Michel Cassé)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s