Un créateur est forcément apatride…

 

Evidemment, ce que je vais écrire va sembler naïf aux esprits fins de notre époque. Il faut cultiver sa naïveté. Je ne sais pas d’où ça vient que  cette idée ou ce sentiment ou cette manière volontaire de voir le monde ressemble à une idée surannée. Ou explique peut-être, comment le cynisme a tout corrompu, contaminé et n’est plus que le seul mode de compréhension du monde. La bêtise d’une émission comme celle, du soir, sur Canal plus, par exempe a consumé le monde. Nous n’avons rien à envier à la télévision berlusconienne. Il faut cultiver sa naïveté. Absolument. C’est indispensable. Là est la vraie rébellion. Pas celle convenue des bobos parisiens en mode plus. Ces réflexions me viennent en assistant depuis jeudi aux escapades littéraires consacrées à l’Italie, sur le thème global : du quotidien aux utopies. Et ce matin, une des premières conférences autour du politique. De la situation italienne qui, on se dit en écoutant les auteurs invités, n’a rien à envier à une certaine conception française de la politique. Cultiver sa naïveté. Bien sûr, ce qui m’ennuie toujours dans ses conférences ou salons consacrés à un pays, c’est de nationaliser la fonction du créateur et de l’écrivain en particulier. Italo Calvino est un écrivain universel. Et Claudio Magris. Et Erri de Luca. Et Roberto Ferrucci, intervenant ce matin. L’homme est le citoyen d’un pays, dans le meilleur des cas. Mais, le créateur est apatride, obligatoirement. Il ne peut qu’être citoyen du monde, tendre vers l’universel, parler à tous les humains. Et les désirs, et les plaisirs, les pleurs ou les chagrins n’ont pas de nationalité, sont constituantes de nos personnes, faites de sécrétions et de larmes. J’ai toujours aimé les écrits des peintres, le premier auteur qui m’a plu avant même le tout premier écrivain écrivain : Van Gogh, les lettres à son frère Théo. Van Gogh était de quel pays ? Marc Chagall lui répond : « Seul est mien le pays en mon âme ». Je signe… Et vous ?

Silence
Faire signe : journal quotidien jubilatoire en 200 mots ou quelques… : 85
Publicités

2 réflexions sur “Un créateur est forcément apatride…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s