Que cherchais-tu ? Que voulais-tu ? Arracher aux siècles ta propre image ? par Camille Philibert Rossignol (Vase communicant, avril 2012)

Autoportrait au chat – dessin de Salomé Queyraud – Photo de Franck Queyraud.

.

Que cherchais-tu ? Que voulais-tu ? Arracher aux siècles ta propre image ? Surgissait dans ta tête une idée d’évasion comme si, dans ton cerveau malade, pouvait naître une image qui ne soit pas biaisée. Penses-tu réellement qu’on va te laisser chance de respirer ? Ignores-tu qu’on ne puisse prévoir tout ce qui va t’arriver / nuées de sauterelles cannibales, affamées voir gourmandes, qui vont te tomber sur la gueule / tornade opaque qui va fondre sur ton trou / odeurs pestilentielles qui envahiront ta zone / sécheresse record qui sera ton printemps… les débordements du fleuve qui dévasteront ton été… les murs de feu qui effaceront ton automne… et le vaste hiver russe qui fera tomber tes oreilles et tes orteils.

Cela adviendra.

Je te laisse pour toujours, des affaires plus réjouissantes en perspective. Tu n’es plus le seul horizon. Sans toi et tes rêves, le monde s’est régénéré, l’air devenu plus pur, plus immense, plus infini. Ne seraient tes gémissements sourds qui parviennent quand le vent tourne au nord. L’oubli, ultime satisfaction de l’oubli presque là, à balayer ta présence… Ma porte grande ouverte pour ce saut inconnu.

Je prends mon élan, car maintenant, c’est possible de vivre débarrassée de ce poids, il y aura ce printemps léger où fleuriront tant de possibles, l’été de l’accomplissement et toutes ces saisons dansantes se succédant dans une gigue ininterrompues.

Tais-toi. Oublie de vouloir. Ta gueule. Ne cherche plus. Rien. Ne veux plus rien entendre de ta bouche, porte chancelante qui crachait crapaud, cacas et cacophonies sans interruption et qui a baigné mes oreilles longtemps dans cette soupe déprimante. C’est bien de peau dont il s’agit. Jamais reprendre langue avec ton gouffre. Jamais renoncer à la belle saison. Jamais reprendre le cours de cette vie d’égout. Aujourd’hui je redeviens rivière et mon flux régénère le grand courant du monde. Y alla.

Accrocher des guirlandes de joies organiques à tous les arbres. Allumer le feu de  Saint Jean. Cueillir joyeusement, ardemment voir mollement, des bouquets d’oreilles. Verser l’hydromel dans les crânes. Trinquer au renouveau, à l’archaïque, à l’immanent, au chaos, à l’indicible, voir au pas grand chose. Dans ce pandémonium qui m’absout, chercher ton visage dans mon miroir. Ne serait ce qu’un petit reflet de toi. Mais quoi, rien. Je ne vois rien. C’est pourtant bien moi qui me tiens face à cette glace au cadre baroque. Même si mon aspect était immonde, qu’il s’imprime sur cette surface ! Un jour mon reflet me repoussa, mais cela vaut mieux que cette absence. Est-ce moi, pourquoi je n’apparais pas, au moins l’ombre de mes cheveux, est-ce un de tes sortilèges ? Est-ce possible que mes cellules sans mémoires se soient transformées en antimatière ? Ma puissance, s’est-elle effritée ? Dans quels recoins ? Poursuivre ma quête, ma vengeance, ta damnation. Est-ce encore possible ou suis-je passée moi aussi âme et corps de l’autre côté du miroir, de son coté effroyable, malfaisant et même un peu dérangeant ?

.

Camille Philibert-Rossignol.

.

.

« Le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre. » Vases Communicants.

Avec Camille Philibert-Rossignol, nous nous étions mis d’accord pour écrire à partir de la même photo et du même extrait de texte. Les mots en gras sont mots de l’inédit, sorti récemment, de Georges Pérec : Le Condottière (Seuil, 2012), page 107. Voici cet exercice oulipien sous vos yeux pour ces nouveaux vases communicants, et plaisir pour moi d’accueillir Camille en mes flâneries… En prime, découvrez la revue Distorsions en cliquant sur le lien dans son texte. En parrallèle, elle publie mon vase : rien ne vous oblige… sur son blog au titre évocateur : La pelle est au tractopelle ce que la camomille est à Camille. Bonnes lectures.

.

Tous les vases d’Avril 2012 sont ci-dessous :

Christopher Sélac http://christopherselac.livreaucentre.fr  et François Bon http://www.tiersivre.net

Isabelle Pariente-Butterlin  http://www.auxbordsdesmondes.fr/  et Hannah http://lecureuildunet712.wordpress.com/

Louise Imagine http://louiseimagine.me/  et Christine Jeanney http://tentatives.eklablog.fr/ce-qu-ils-disent-c138976

Juliette Mezenc http://www.motmaquis.net/   et Benoît Vincent http://www.amboilati.org/chantier

Samuel Dixneuf http://samdixneuf.wordpress.com/  et Ferocias http://archeosf.blogspot.com/

François Bonneau http://irregulier.blogspot.com/  et Jean-Christophe Cros http://www.boat-a-idee.com/

Danielle Masson http://jetonslencre.blogspot.com/  et Éric Dubois http://www.ericdubois.net/

Colette Maillard http://www.annajouy.ch/  et Christophe Sanchez http://www.fut-il.net/

Anne Savelli http://www.fenetresopenspace.blogspot.com/  et Gilda Fiermonte http://gilda.typepad.com/

Joachim Séné http://joachimsene.fr/txt/  et Edgar Kosma http://www.edgarkosma.com/

Christine Leininger http://les-embrasses.blogspot.com/  et L.Sarah Dubas http://lsarahdubas.over-blog.com/

Catherine Desormières http://desormiere.blog.lemonde.fr/   et Piero Cohen-Hadria http://www.pendantleweekend.net/

Camille Philibert-Rossignol http://camillephi.blogspot.com/   et Franck Queyraud https://flaneriequotidienne.wordpress.com/

Maryse Hache http://www.semenoir.typepad.fr   et Mathilde Roux http://mathilderoux.fr

Nicolas Bleusher http://lesjardinsdupalais.wordpress.com/  et Dominique Hasselmann http://doha75.wordpress.com/

Ana NB http://sauvageana.blogspot.fr/  et Christine Zottele http://etsansciel.eklablog.com/

Guillaume Vissac http://www.fuirestunepulsion.net/  et Christophe Grossi http://kwakizbak.over-blog.com/

Lucien Suel http://academie23.blogspot.fr   et Laurent Margantin http://oeuvresouvertes.net/

Daniel Bourrion http://www.face-ecran.fr/  et Xavier Galaup http://tikopia.wordpress.com/

Sabine Huynh http://www.sabinehuynh.com/    et Brigitte Célérier http://brigetoun.blogspot.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s