Vous dire que dans ma bibliothèque numérique, on vient de m’enlever un livre merveilleux !

« La culture numérique ne peut pas se décalquer sur les formes actuelles de distribution du livre.

 C’est là qu’il nous faut inventer. »

François Bon

Vous dire que dans ma bibliothèque numérique, on vient de m’enlever un livre merveilleux ;

Vous dire que lu dans le train entre Strasbourg et Draguignan le samedi 11 novembre : et larmes et émotion à la fin du livre (on appelle cela un classique – j’appelle cela un bien commun – commun à tous : voir le livre Libres savoirs de C& F éditions) ;

Vous dire que dans ma bibliothèque numérique, on vient de m’enlever un livre merveilleux ;

Vous dire encore l’émotion ressentie par la nouvelle traduction proposée par François Bon, et me suis demandé après coup, pourquoi j’étais passé à côté de ce petit bouquin merveilleux…  Y a un problème, non ? Et l’émotion ressentie grâce à celle-ci (la traduction) et à celui-là (FB et Ernest Hemingway, bien entendu) qui cherche en permanence les perles de la littérature et encore à celui-ci le personnage, ce Vieil homme qui je pense existe quelquepart (c’est Pierre Bayard qui nous a appris que les personnages littéraires existaient en vrai ! Ouf, c’est publié chez Minuit) et ce Vieil homme, et sa ténacité et cette manière de concevoir la vie – pas le droit au droit de conserver cela pour soi seul ! Le droit ça se change ! Ce droit d’auteur des petits propriétaires ne convient plus à l’heure du Web, et des auteurs comme Remy de Gourmont l’ont rappelé ici

Vous dire que dans ma bibliothèque numérique, on vient de m’enlever un livre merveilleux ;

Vous dire ma rage contre la négation du travail de création, contre la diffusion empêchée de la connaissance, contre l’absence de politiques culturelles d’envergure proposant des alternatives aux grands ensembles privés qui se constituent (Google et Amazon pour ne citer que les deux plus visibles), et de  revoir les mêmes bêtises du monde des stratèges de  la musique se reproduirent dans le monde des stratèges de  l’édition… (ironies)… Un jour, Gallimard fut un petit éditeur novateur ;) Adieu, donc…

Vous dire que dans ma bibliothèque numérique, on vient de m’enlever un livre merveilleux ;

Et puis, surtout lire :

Le billet de François Bon, si vous ne savez pas de quoi je parle : Gallimard versus Publie.net !

Le billet d’ Hubert Guillaud sur l’inadaptation du droit d’auteur à l’ère du Web : nous n’échapperons pas à reposer la question du droit !

Un rappel sur la propriété littéraire et la belle verve de Remy de Gourmont que j’avais publié il y a peu (Heureusement, Gourmont est dans le domaine public !)

La liste des différents blogs apportant réactions et soutien sur le blog paumée de Brigitte Célérier ;

Enfin, après tout cela, si vous n’êtes pas convaincu qu’il se passe quelque chose de grave, ne signez surtout pas la pétition de soutien à François Bon et à son vaisseau lumineux Publie.net ! 

Tout cela, pour 22 petits téléchargements à 2,99 € qui font flancher le vaisseau fantôme du Web : Gallimard.

.

Et surtout, François, n’arrête pas tout !

Soutien total d’un bibliothécaire et merci pour ton boulot de défricheur et de passeur. Certains ont oublié le but principal de l’édition !

Mémoire de Silence (Franck Queyraud)

Faire signe : journal quotidien PAS jubilatoire CE JOUR en 200 mots ou quelques… : 73

Publicités

2 réflexions sur “Vous dire que dans ma bibliothèque numérique, on vient de m’enlever un livre merveilleux !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s