L’écrivain qui n’écrivait pas.

Il était incroyable cet écrivain qui n’écrivait pas. Il n’écrivait pas. Il dictait. Dictait ses textes. Ses textes à ses femmes. Du moins, à une femme. A celle qu’il aimait au moment où il l’aimait. C’était elle, en définitive, l’écrivain… Le séducteur lui proposait, sans lui dire, de la transformer en écrivain… Mais je m’égare peut-être. Rire. Il n’écrivait pas de livres pour les autres… Non, il ne faisait pas cela… Il dictait pour séduire, dictait perpétuellement… pour rester dans cet état où le quotidien n’est pas encore venu lui faire ses grimaces de mauvais génie… Dictait… Shéhérazade au masculin… Il était incroyable cet écrivain qui n’écrivait pas et qui a pourtant ensoleillé des milliers de pages d’aventures dignes des mille et une nuits avec ses figures d’oncles du personnage principal, hallucinantes d’humanité. Dictait pour garder toute la fraîcheur de ce moment où l’intime s’écrit à deux, quand les deux inséparables sont encore  isolés du monde. Et, alors ensuite, tous les mots qui se retrouvent sur du papier, et des milliers de yeux qui viennent se glisser entre eux deux… indécence de la littérature…

Silence.

Faire signe : journal quotidien jubilatoire en 200 mots ou quelques… : 56

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s