Des jardins suspendus… un aéroport flottant…

Il aime qu’elle le requière, et que ses souhaits soient orientés, précis, cette empreinte du désir au cœur de la requête, se déplaçant de l’objet à la chair. Écho des mots, des sensations et écho des photographies : écholalies. Et ce moment exact où leur avion atterrira à l’aéroport international et flottant du Kansai, entre ciel et océan, puis prendrons le train d’Osaka vers Kyoto, en suspension, vers d’autres jardins suspendus hors du temps, dans ce pays où Fantômette aurait pu se promener, délaissant sa Mer de sable pour celle du Japon, mais n’aurait pu exercer son art de la lecture labiale. Les mouvements de la bouche dans ce pays extrême rendant incompréhensibles toute tentative de déchiffrage. Dans territoire inconnu, serons : idéogrammes et petits dessins illisibles pour nous et plaisir d’être perdu dans le pays inconnu et pourtant si familier. Dans territoire inconnu, devons toujours rester : et ne pas se procurer de cartes géographiques, et se laisser surprendre, et ne pas faire le touriste et ne pas utiliser google maps. Errer dans le labyrinthe de la ville jusqu’aux jardins. Notre voyage n’est pas une recherche d’exotisme, mais notre vie elle-même. Ta main dans la mienne comme seul fil d’Ariane possible et le monde entier comme… tout ce que l’on veut. Pourquoi le Japon est-il si présent dans cet espace entre nous ? Et le dessinateur écrit : « le jardin a des choses à vous apprendre, s’il vous intéresse. Et demain, on nous livrera du poisson, je veux que vous voyiez comment on le prépare chez nous. »

Silence

Faire signe : journal quotidien jubilatoire en 200 mots ou quelques… : 36

En italique, un extrait de Japonais d’Emmanuel Guibert. – Futuropolis, 2008.
Publicités

Une réflexion sur “Des jardins suspendus… un aéroport flottant…

  1. « Le monde entier, comme » ..ce jardin d’essences nouvelles à découvrir, ces terres à apprendre. Apprivoiser.. pour ces sillons ensemencer, ces savoirs acquérir, transmettre.. S’enraciner où qu’on soit. Se relier par ventres et fibres, immenses réseaux de sèves comme lymphes labiles connectées à la terre. Et poursuivre le chemin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s