Choisir, c’est éliminer

« On oublie trop souvent qu’une image, pour être ce qu’elle est, a dû trancher dans le vif, c’est-à-dire éliminer. Choisir, pour une image figurative, ce n’est pas seulement décider de ce qui va être visible, mais aussi de ce qui va devoir rester caché. » Nos deux yeux comme un appareil photographique sélectionnent en permanence le meilleur angle, la meilleure focale. Ce qui s’enregistre, ce qui se retient. Au Café Brant, les chaises vides. Ceux qui sont partis. Reviendront. Choisir nos lieux comme autant d’invitations au plaisir, à la flânerie, à la rêverie. Lieux où On Lit où On écrit. Ces deux chaises, une table, près de la fenêtre. « L’entourage du photographe ne manquera pas de lui faire observer qu’il aurait dû éviter un poteau télégraphique jugé inesthétique, ou encore pour ne pas photographier son ombre » Et, si ça lui plaît, à lui, au photographe de noter ce qui est inesthétique, si cela fait signe, ou bien d’inscrire sa trace dans cet objet de mélancolie, comme se plaisait à le rappeler Denis Roche, en écrivant sur les photographies. Marquer par un sceau de mélancolie, pas triste. Ce qui est photographié a existé. Le beau est dans le regard du photographe. Le beau est dans ton regard, même si tu n’es pas photographe. Et, tous ces signes ne sont compris que par toi. Nous rappellent.

Silence

Faire signe: journal quotidien jubilatoire en 200 mots ou quelques… : 26

En italique, des extraits de Vingt leçons sur l’image et le sens de Guy Gauthier. – Edilig, 1982.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s