Syntonie

Il pleut. Il pleut beaucoup depuis quelques jours. Inondations. Coup de mer. Mais m’en moque. Venue du haut-parleur, j’écoute la douceur de cette voix, syntone. De la musique, pure. La voix qui chante à mon oreille, chuchote. En radio, la recherche de la syntonie est le fait de fixer une même longueur d’onde à l’émetteur et au récepteur. Est-il possible que deux voix oscillent sur la même fréquence ? Et cheminent sur cette route, vers la Forêt Noire, au loin… Syntonie des voix, syntonie des regards et syntonie des corps… Oscillations masculines qui sont accords, arpèges ou diapason. Oscillations féminines, sentiments en harmonie. Le genre importe peu. Ne compte que nos deux je. Doux jeux. Dans cet univers infini de sensations, tout est à découvrir, inventer puis redécouvrir, réinventer. Chaque jour qui se lève apporte une rosée nouvelle. Fraîcheur de la nouveauté et légèreté des habitudes. Ne s’habituer à l’autre que pour perpétuellement se transformer, le surprendre, nous surprendre. Je s’accorde à toi. Il peut pleuvoir ou faire soleil, notre idéal de légèreté fait le reste. Je soutiens ton pas quand il est lourd, quand tu le sens lourd. Tu soutiens le mien. La pesanteur, toujours aux aguets. T’envolerai presque, si par le bout de la main, d’un doigt, je ne te retenais. Si par un jour d’hiver, un voyageur…

Silence

Faire signe: journal quotidien jubilatoire en 200 mots ou quelques… : 12

Publicités

2 réflexions sur “Syntonie

  1. Etre en syntonie.. C’est beau. M’inspire que dans le regard de l’autre, on peut découvrir tous ses ressorts, être plus soi encore, et rayonner vers lui.. C’est un échange de lumière, comme une hybridation de visions nouvelles sous d’autres angles partagées. Qui dans cette clairière, camouflés sous ombrage, qui plus tard sur la pente de la colline d’air pur, à ciel ouvert, dans une ronde infinie, où sur la portée qui les rassemble, les ondes se déroulent, se délient, s’entrecroisent, pour la lourdeur désarçonner.

  2. Rouge auroral

    La page tend ses bras

    aux voyageurs solitaires

    Qui la déchirent

    Ou la reçoivent

    les lèvres frémissantes

    Si par une nuit d’hiver

    une voix appelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s