Et ralentir, créer de la surface…

En permanence, dans les flux et une impression de vitesse et d’accélération continues. Et parfois, le malaise de ne plus prendre le temps de l’approfondissement. Cela n’a pas commencé avec Internet, l’empressement de nos vies. Moi, je connais précisément le moment : le 11 novembre 1983. Je devenais majeur. Mais c’est une autre histoire que j’ai raconté ailleurs. L’écrivain poète Blaise Cendrars et la littérature sont les responsables de l’accélération de ma vie. Je ne regrette pas cet état de fait parce que j’aime, et le baroque, et la profusion, et la vitesse mais j’aime aussi la lenteur, l’attente, la contemplation. Je perds le fil, parfois. Dans le livre que je lis actuellement, que je lis très lentement, parce que chaque phrase fait écho en moi à des choses ressenties et toujours difficiles à exprimer, il est écrit : « … deux grands types de lignes se détachaient nettement des autres : les fils et les traces. À examiner la question de plus près, il m’est apparu que les fils et les traces n’étaient pas tant des catégories différentes que des transformations réciproques de l’une et de l’autre. Les fils évoluent en traces, et vice versa. Par ailleurs, à chaque fois que les fils se transforment en traces, des surfaces se forment, tandis que lorsque les traces deviennent des fils, les surfaces disparaissent. » Un peu comme les trainées laissées par les avions sur la photographie : traces qui font signes et surfaces. Avant de disparaître. De nos relations avec les autres, on pourrait dire la même chose, l’important est de créer des espaces en tissant des fils sans toutefois que ce tissage ne puisse s’évaporer… Ainsi en va t-il de Nous…

Silence

Faire signe: journal quotidien jubilatoire en 200 mots ou quelques… : 11

Publicités

Une réflexion sur “Et ralentir, créer de la surface…

  1. Et cette trace dans le ciel est un tunnel large comme la masse en air de l’avion
    Par ce tunnel, ne doutons pas que le mouvement est favorisé
    et que nous en serons les grands bénéficiaires (!)
    Il y a pourtant d’autres moyens « d’aller vite » sans pour cela ouvrir la route aux invasions.

    Le plus court chemin d’un point à un autre
    n’est ce pas la pensée ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s