lumière

« C’était la première fois que je me trouvais seul avec mon amie, dans un village que je ne connaissais pas. Je l’attendais devant la maison où je logeais. Nous n’habitions pas encore ensemble. Nous voulions marcher encore un peu, à la tombée de la nuit. En l’attendant, j’arpentais la rue du village. Alors, j’aperçus au loin, entre des arbres, une lumière. « Cette lumière, pensais-je, à ceux qui la voient là chaque soir, ne dit pas grand-chose. C’est peut-être celle d’un phare, ou d’une lampe dans une ferme. En revanche, à moi qui suis ici étranger, elle a beaucoup de choses à dire. » Sur ce je fis demi-tour, pour aller de nouveau jusqu’au bout de la rue. Je continuai quelques temps mes allers-retours et, chaque fois que je revenais sur mes pas, cette lumière entre les arbres capturait mon regard. Ce fut juste  à l’instant où mon amie me rejoignis. De nouveau je m’étais retourné, et je compris. Cette lumière que j’avais discernée juste au ras du sol était celle de la lune qui, s’élevant lentement, était passée maintenant par dessus la cime des arbres. »

écrit à Ibiza en 1933

[Récits d’Ibiza et autres récits / Walter Benjamin. – Riveneuve éditions, 2011]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s