Entre bruits

 

Silence alors. Entre mots, entre bruits, il trouve toujours l’instant pour s’immiscer, entier, lourd, présent, trop présent, insupportable. Sa masse arrive impromptue, son poids s’abat sur nos corps, les yeux roulent pupilles cherchant sa forme et les battements de vie deviennent cris. Et de la pression déborde l’urgence de tailler, il nous le faut parcellaire, vacataire entrecoupé de paroles, il nous doit être respiration pas puits sans fond. Je l’aime pour le repos quand dans son sein je nous retrouve mais le déteste pour ses angoisses, ses traits qu’il trace sous nos yeux, les questions qu’ils posent dans nos têtes embrumées. Face à toi, toi qui parles, qui devrais parler, me parler, il se fait peur, abysse. Mes deux pieds sur la crête, la crainte sur toute ma longueur, je suis trop haut et il me joue vertige en pointe, corps en cage me fait vaciller. Je lutte alors pour le briser, pour décrocher mâchoire, soulever menton, il me faut l’inspirer, le saisir dans ma bouche par une grosse lampée d’air pour le rompre dans une large expiration, souffle long de mots en faconde pour éviter de nous laisser en plan filer dans son blanc aphasique. Je ne veux, je ne peux pas rester trop longtemps dedans, seul oui, mais pas avec toi là à côté, avec tes yeux vagues qui ne disent plus ou qui disent trop sans paroles. Je ne veux pas glisser dedans, nous y enfermer, nous murer dans, nous perdre dans son interdit. Alors bruits.

Christophe Sanchez

Illustration : Les pierres du silence – Yannick Le Quilleuc

 

Tiers Livre (http://www.tierslivre.net/) et Scriptopolis (http://www.scriptopolis.fr/) sont à l’initiative d’un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre.

Ce mois-ci, c’est Christophe Sanchez venu de son fut-il ou versa-t-il dans la facilité ? que j’accueille dans ces flâneries, avec un grand plaisir et sans petite honte ;). Y a des jours comme cela… son texte était empli d’écholalies pour moi, bruits et silence. D’où mon écho : J’ai vécu heures. Bonne lecture… la suite c’est en-dessous…

Tous les vases de Septembre :

G@rp http://lasuitesouspeu.net/  et Quentin http://valetudinaire.net/

Ana NB http://sauvagana.blogspot.com  et François Bon http://www.tierslivre.net

L’autre je http://lautreje.blogspot.com/  et Mel 13 http://etsansciel.eklablog.com/

Jacques Bon http://cafcom.free.fr  et Daniel Bourrion http://www.face-terres.fr

Christophe Sanchez http://fut-il.net   et Franck Queyraud https://flaneriequotidienne.wordpress.com

Louise Imagine http://louiseimagine.me/#fd0/wordpress  et Pierre Ménard http://www.liminaire.fr

Maryse Hache http://www.semenoir.typepad.fr   et Michel Brosseau http://www.àchatperché.net/spip

Danielle Masson http://jetonslencre.blogspot.com/  et Camille Philibert-Rossignol http://camillephi.blogspot.com/

Caroline Gérard http://cousumain.wordpress.com/  et Christopher Sélac http://christopherselac.livreaucentre.fr/

Cécile Portier http://petiteracine.net/wordpress/  et Piero Cohen-Hadria http://www.pendantleweekend.net/

Anne Savelli http://fenetresopenspace.blogspot.com/  et Benoît Vincent http://www.amboilati.org/

Guillaume Le Vot http://guillaume.levot.over-blog.com/   et Chrstophe Grossi http://kwakizbak.over-blog.com/

Josée Marcotte http://outre-songe.blogspot.com/  et Samuel Dixneuf http://samdixneuf.wordpress.com/

Christine Jeanney http://tentatives.eklablog.fr/  et Xavier Fisselier http://xavierfisselier.wordpress.com/

Laurent Margantin http://www.oeuvresouvertes.net et Francis Royo http://analogos.org/

Murièle Modély http://l-oeil-bande.blogspot.com/   et Anna Jouy http://annajouy.over-blog.fr/

Isabelle Pariente-Butterlin http://www.auborddesmondes.fr/  et Arnaud Maïsetti http://www.arnaudmaisetti.net/spip/

 Jean http://souriredureste.blogspot.com  et Brigitte Célérier http://brigetoun.blogspot.com

Publicités

6 réflexions sur “Entre bruits

  1. Ce silence n’est pas un silence repus, il est un silence inquiet. Il y a la peur que le silence ou à force de silence, il n’y ait plus rien à dire pire qu’il n’y ait plus d’échange Ce silence fait ratiociner, alors « bruit »…Ce bruit est un cri, un déchirement, un hurlement un échappatoire provisoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s