Ton cul est rond

Aujourd’hui, je n’arrive pas à me concentrer sur le travail que je dois pourtant rendre demain… parce qu’un ami est parti, a choisi de partir cette nuit. Il y a quelques années maintenant, il était venu amener sa passion des mots, ses histoires, ses musiques, son sourire aux paupières plissées, sa voix érodée dans la bibliothèque des bords de la Méditerranée où je travaille, il était revenu animer un atelier d’écriture chez EF, puis avions rendu hommage à son ami Léo dans un mas de provence où il y a maintenant des concerts de ses amis, les chansonniers. On s’était revu plusieurs fois, à des concerts, les siens ou d’autres et puis après, autour d’un verre. Il nous manque déjà, l’horloger de la chanson. Reste les chansons… ses chansons… Je lui avais demandé plusieurs fois de chanter cette chanson :  » Ton cul est rond  » qui est une des plus belles chansons d’amour qui existe et qu’il faut écouter dans sa version live : album Il pleut sur la mer, enregistré à l’Olympia. Il m’avait dit : Franck, je ne peux plus la chanter… j’avais compris alors je n’avais plus insisté… J’aime beaucoup d’autres chansons (notamment celle qui me tord les boyaux à chaque fois et qui s’appelle D’Osaka à Tokyo) mais Ton cul est rond… Bien sûr, on arrosera les fleurs, puisque tu es parti… salut à toi… Silence.

et à vous, si vous ne la connaissez pas, voici le texte de cette chanson, délicieusement érotique et bourrée de vie, du meilleur de la vie :

Ton cul est rond comme une horloge
Et quand ma fatigue s’y loge
J’enfile le temps à rebours
Je mate l’heure sous ta jupe
Il est midi moins deux minutes
Et je suis encore à la bourre
 
Promis demain j’arriv’rai pile
Pour faufiler ma grande aiguille
Sous le cadran de ton bidule
On s’enverra jusqu’au clocher
Et mon coeur comme un balancier
Ondulera sous ta pendule

Dis-moi au chrono de tes reins
Quand passera le prochain train
Combien coûtera le trajet
J’ai tant couru contre ta montre
Voici qu’à l’heure de la rencontre
Je me sens des doigts d’horloger

Time is money et puis ta soeur
Si on t’avait demandé l’heure
On saurait qu’le temps c’est d’l’amour
Ton cul est rond comme une horloge
Et quand ma fatigue s’y loge
J’enfile le temps à rebours

Ton cul est rond comme une horloge
Et quand ma fatigue s’y loge
J’enfile le temps à rebours
Je mate l’heure sous ta jupe
Il est midi moins deux minutes
Et je suis encore à la bourre

Paroles: Allain Leprest. Musique: Léo Nissim, Gérard Papieri   1988  « Deux » © Saravah autres interprètes: Jehan (1988)
La version studio est ici.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s