Le manque

Vous êtes là. Physiquement. Et puis, en fait, non. Vous n’y êtes pas. Une part de vous est ici mais l’autre, la légère, la spontanée, celle qui a un rapport avec votre âme, celle que vous ressentez dans votre corps, votre poitrine, vos entrailles, est ailleurs. C’est plus fort que vous. Ne pouvez lutter. C’est comme un disque rayé quand constamment l’aiguille du diamant vient taper régulièrement au même endroit. Recommence. Recommence. Recommence. L’éternité est la sorcière qui accompagne le manque. On donnerait tout pour abolir ce malaise et assassiner cette traîtresse qui vous tord les boyaux.

Retrouver la source…

Silence

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s