L’absurde

Toute chose est absurde en tant que telle puisqu’il suffirait d’un rien pour qu’elle soit autre. Nous sommes obligés de nous entendre sur un sens commun, nous choississons de vivre dans un monde d’impostures et de chimères. J’ignore si ce compromis est la solution la meilleure, mais je sais que le champ de la littérature s’ouvre au-delà. Il est cet espace mental poétique, infini, où la vie se poursuit, développe ces formes larvaires interdites de séjour sur la terre. La littérature, quand elle se refuse à n’être qu’une évocation nostalgique ou rancunière de l’enfance ou un compliment hyperbolique adressé à la femme, crée ce réel intangible où la conscience élargie vit des expériences inédites tout aussi probables ou improbables et intenses que celles que lui propose la réalité. Ce n’est pas un mince profit. »

Si la main droite de l’écrivain était un crabe / Eric Chevillard. – Publie.net, 2011

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s