« Sur les pas éclairés d’une chèvre khirgize »

Et bien oui la neige avait tout envahi, le pays s’était fait tout blanc, on aurait pu croire que l’hiver était arrivé mais c’était juste pour accueillir la chèvre kirghize. Le froid de neige juste ce qu’il fallait pour la veillée ; on s’était réunis dans la pièce chaude pour un conte et soupe mais le cuisinier était resté bloqué avec ses légumes à Barjols : pas de soupe !

kirghize ….

L’affiche orange n’en disait pas beaucoup plus, l’air diablement espiègle de la conteuse Cécile Nô _ un faux air japonais dans les vallées d’Asie centrale ; il neigeait, j’étais parmi les gens et j’écoutais le tambourin, le sourire affiché d’un homme d’affaire qui boucle sa ceinture d’un BOEING avant le décollage ; les steppes d’Asie centrale, la Mongolie, j’attends _ elle arrive, une jeune femme pleine de vitalité contenue, l’air de rien, elle va nous raconter une histoire, on y est, elle est les ailes de l’aéroplane pour ainsi dire, on est là où elle veut avec elle et on on l’écoute. D’un ton de simple confidence d’une petite voix, elle nous raconte l’histoire de Baradoï Morgeu elle a l’air de bien la connaitre cette jeune fille dans sa yourte qui promet pendant que son frère va à la chasse de bien surveiller le feu et de ne pas le laisser mourir, elle nous raconte cela d’un air de sollicitude pour cette petite fille qui devient grande et s’ennuie et elle déroule le fil de l’histoire, bon je vous passe les détails parce que ce n’est pas à moi de raconter l’histoire mais toujours est il que Baradoï Morgeu (j’adore ce nom Baradoï Morgeu) je pourrai le répéter et le répéter à l’infini, à l’infini comme ce violon qu’elle prend et dont elle fait sonner les cordes et cette chanson qu’elle chante qui fait résonner les hautes vallées, un rythme, deux cordes frappées et puis elle pose le violon et la magie continue, le violon continue à chanter tout seul, nous sommes là-bas le sourire aux lèvres d’enchantement et Baradoï Morgeu court pour échapper à l’ogresse qui veut la rattraper pour la dévorer, sa fluette voix nous l’apprend et elle courre plus vite que je ne saurai le faire mais pas assez vite         heureusement une flèche du frère chasseur arrête net l’ogresse transpercée qui meurt, paf , là …

Une troupe de musiciens de fanfare et je ne sais plus très bien qui et puis le roi et sa fille le roi qui se prend pour l’enfant de sa fille et la fille qui se prend pour la mère de son père oui c’est Œdipien, elle nous met dans la confidence des fois que … et puis aussi les trois sœurs chèvres kirghizes, ah voila ! se mettent à décamper du ventre de l’ogresse et la fille de la yourte qui elle aussi veut prendre l’air… change d’histoire, bon ben oui il faut bouger, hein , prendre des risques, évoluer, bon elle change d’histoire et hop ! musique le violon qui joue tout seul et la chanteuse qui chante un air étrange à nous croire en traineau, laissez vous écouter ce chant des steppes ou des vallées, Je ne me souviens plus de tout, normal quand on trottine avec tous ces personnages aux cotés de la conteuse on est pris dedans , on ne se rappelle pas tout, mais je me rappelle la chèvre, parce que, déjà les pas éclairés de la chèvre kirghize avec les yeux doux fous grondant de C Nô sur la photo, et puis là de rencontrer la chèvre en chair et en os ( j’aime bien les chèvres, j’ai de très bonnes amies chèvres), enfin on remarque surtout ses longs poils, son pelage et sa barbichette de chèvre et toute sa poésie dans ses yeux de chèvre qui parle, je ne sais pas ce que la Cécile a voulu dire avec sa chèvre mais elle m’a fait un effet bœuf la chèvre, saisissante, un personnage hors du commun, une philosophe, une clown, une aventurière, une libertaire, une rêveuse, moi je pense d’ailleurs que c’est la chèvre qui raconte l’histoire et qui souffle tous les personnages à la Cécile Nô ; bref la chèvre est à croquer, juste comme on imagine une vraie chèvre, pas les chèvres qu’on voit dans les bergeries, non une vraie chèvre tout comme le roi qui se prend pour le fils de sa fille est plus vrai qu’un vrai roi et que les musiciens du big band de la fanfare font un boucan de tous les diables. Même si c’est pas vrai.

Elle se livre a des jeux de passe-passe, elle entoure son visage d’une écharpe en plume blanches et fait un nœud pour faire la barbichette de la chèvre , elle joue d’un violon qui continue à jouer quand elle s’arrête de jouer, elle court , elle parle kirghize, elle rallume le feu des yourtes, elle… je ne sais plus… elle raconte une histoire sans fin qui rebondit, rebondit, de contes dans le conte, d’histoires et de vies de personnages extraordinaires, enfin, finalement très ordinaires, c’est pas parce qu’ils sont roi ou chèvre ou lapin, d’ailleurs ils l’étaient pas avant, avant ils étaient vous et moi et ils vivaient la vie qu’on vit et d’ailleurs c’est ça qu’elle raconte même si elle veut pas l’admettre….

 

cop. Cécile Nô

Avant d’être Roi le roi n’était pas roi, il était avec sa femme très pauvre, cultivateur ou chasseur et puis sa femme l’a si bien embêté à vouloir toujours plus qu’il s’est retrouvé à la tête d’une immense fortune et qu’il a fait chambre à part (la garce..) bon je ne suis peut être pas objectif, si j’étais une femme je verrai peut-être les choses autrement, c’est possible,  A force il n’a plus supporté sa femme qui couchait avec lui que pour obtenir des faveurs, et puis sans arrêt aller voir le lapin comme on va voir le banquier pour son découvert, j’extrapole, en fait le lapin est un lapin magique qui exauce tous ses vœux, mais bon, une capricieuse quoi, et puis un jour plus de lapin et surtout plus de retour en arrière, obligé d’assumer ou de, partir, de tout quitter et puis les musiciens poursuivis par une troupe d’amazones , disons-le , en chaleur, sont obligés de s’endormir pour en réchapper et quelle sera celle assez finaude assez habile pour les réveiller sans les toucher  et c’est cette grosse jeune fille pas dégourdie qui finalement réveille la libido et déchaine les passions, et puis le roi …  je vous donne ça en vrac mais vous voyez, des histoire très ordinaires en somme.

Puis Baradoï Morgeu et la chèvre sont repartis vivre d’autres vies mais on ne les entendait plus, sauf que maintenant Baradoï Morgeu et la chèvre kirghize philosophe et un peu farceuse ne me quittent plus…

Lambert Savigneux

(Autour du spectacle de conte de Cécile Nô )

En balade :

Ce billet de Lambert Savigneux est publié dans le cadre de l’opération Les Vases communicants. Il m’accueille sur son blog pour un texte : Tisseurs de joie.

Tiers Livre et Scriptopolis sont à l’initiative d’un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre.
Beau programme qui a démarré le 3 juillet entre les deux sites, ainsi qu’entre Liminaire de Pierre Ménard et Fenêtres / open space d’Anne Savelli .

 

Si vous êtes tentés par l’aventure, faîtes le savoir sur la page Facebook du groupe Les Vases Communicants , que chacun puisse relayer les autres…

Silence

Liste des vases communicants de décembre 2010. Bonnes lectures !

Daniel Bourrion http://www.face-terres.fr/ et Urbain trop urbain http://www.urbain-trop-urbain.fr/

François Bon http://www.tierslivre.net/ et Michel Volkovitch http://www.volkovitch.com/

Christine Jeanney http://tentatives.eklablog.fr/ce-qu-ils-disent-c138976 et Kouki Rossi  http://koukistories.blogspot.com/

Anthony Poiraudeau http://futilesetgraves.blogspot.com/ et Clara Lamireau http://runningnewb.wordpress.com/

Samuel Dixneuf-Mocozet http://samdixneuf.wordpress.com/ et Jérémie Szpirzglas http://www.inacheve.net/

Pierre Ménard http://www.liminaire.fr/ et Christophe Grossi http://kwakizbak.over-blog.com/

Michel Brosseau http://www.àchatperché.net/ et Jean Prod’hom http://www.lesmarges.net/

Lambert Savigneux http://aloredelam.com/ et Silence https://flaneriequotidienne.wordpress.com/

Olivier Guéry http://soubresauts.net/drupal/ et Joachim Séné http://joachimsene.fr/txt/

Maryse Hache http://semenoir.typepad.fr/ et Cécile Portier http://petiteracine.over-blog.com/

Anita Navarrete Berbel http://sauvageana.blogspot.com/ et Landry Jutier http://landryjutier.wordpress.com/

Anne Savelli http://www.fenetresopenspace.blogspot.com/ et Piero Cohen-Hadria http://www.pendantleweekend.net/

Feuilly http://feuilly.hautetfort.com/ et Bertrand Redonnet http://lexildesmots.hautetfort.com/

Arnaud Maïsetti http://www.arnaudmaisetti.net/spip et KMS http://kmskma.free.fr/

Starsky http://www.starsky.fr/ et Random Songs http://randomsongs.org/

Laure Morali http://lauremorali.blogspot.com/ et Michèle Dujardin http://abadon.fr/

Florence Trocmé http://poezibao.typepad.com/ et Laurent Margantin http://www.oeuvresouvertes.net/

Isabelle Buterlin http://yzabel2046.blogspot.com/ et Jean Yves Fick http://jeanyvesfick.wordpress.com/

Barbara Albeck http://barbara-albeck.over-blog.com/ et Jean http://souriredureste.blogspot.com/

Kathie Durand http://www.minetteaferraille.net/ et Nolwenn Euzen http://nolwenn.euzen.over-blog.com/

Juliette Mezenc http://www.motmaquis.net/ et Loran Bart http://noteseparses.wordpress.com/

Shot by both sides http://www.shotbybothsides.org/ et Playlist Society http://www.playlistsociety.fr/

Gilles Bertin http://www.lignesdevie.com/ et Brigitte Célérier http://brigetoun.blogspot.com/

Philippe Maurel http://laviedangereuse.wordpress.com/2010/12/03/jacques-bon-courir/ et  Jacques Bon  http://cafcom.free.fr/spip.php?article267

 

5 réflexions sur “« Sur les pas éclairés d’une chèvre khirgize »

  1. merci de vos commentaire si sympathique, pour moi la chèvre et Cécile Nô (c’est elle qui a fait tout le boulot moi je n’ai reporté que fidèlement ce que j’ai ‘vu sans rien omettre ni rajouter
    et merci à Silence de son accueil
    lamber

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s